peche

Pêche. De l’électricité à Jersey !

Oh my God ! Après Manchester-PSG mardi, voici Angleterre-France sur le terrain de Jersey où des deux côtés on montre les muscles. Dans l’équipe anglaise, les navires HMS Severn et HMS Tamar alors que côté français, deux patrouilleurs de proximité, l’Athos et le Thémis se tiennent dans les parages, mais en restant dans les eaux françaises. Et au milieu, l’île anglo-normande de Jersey dont le port principal de Saint-Hélier était jeudi matin bloqué par une soixantaine de bateaux de pêche bretons et normands.

Le Brexit provoque décidément bien des tensions. Depuis que la Grande-Bretagne a largué les amarres, la pêche continue d’être un sujet de friction, avec cette fois les îles anglo-normandes pour point de tension. Avec, à l’origine du conflit, le non-renouvellement de plus de 300 licences de pêche à des bateaux bretons et normands qui pêchaient dans ces eaux, selon des accords remontant à l’entrée de la Grande-Bretagne dans la Communauté européenne. Le Brexit est passé par là, mais les accords entre les deux parties prévoyaient la prolongation des droits de pêche. Problème : les autorités locales exigent que tous les bateaux français apportent la preuve de leur activité dans ces eaux avant le Brexit, ce qui entraîne retards, contestations et, à la date d’hier,  seulement 41 autorisations de pêche sur les 344 demandes déposées alors que le Brexit est en vigueur depuis quatre mois.

Le ton monte depuis des semaines, la température aussi et des deux côtés, les gouvernements veulent faire la preuve de leur fermeté, l’opinion publique étant très sensible à ces questions-là. Boris Johnson a donc envoyé deux navires, la France aussi qui par la voie de la ministre de la Mer, Annick Girardin, menace même de couper l’alimentation électrique de l’île, assurée depuis le continent.

Jeudi après-midi, les négociations étaient en cours et les bateaux français envisageaient de rentrer au port après avoir fait la preuve de leur détermination, sans aller plus loin pour l’instant.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider