Covid. La Bretagne moins touchée mais plus vaccinée

La Bretagne a enregistré une affluence record pour ce week-end d’Ascension. De mémoire, jamais à cette époque de l’année on n’avait vu autant de monde à Belle-Ile, Groix ou Bréhat, sur les remparts de Saint-Malo ou dans les rues de Roscoff. On se serait cru au mois d’août, impression accentuée par le silence qui règne depuis des mois dans nos rues désertes, et plus encore quand 19 heures ont sonné aux horloges.

Voir des touristes collés les uns aux autres dans les gares maritimes, voir des rues piétonnières noires de monde malgré la fermeture de la plupart de commerces, invite à s’interroger sur la suite de ce brassage jamais vu en Bretagne depuis l’été dernier. Faut-il s’attendre à une brusque remontée des indices épidémiologiques après ces interactions dans les familles et les lieux de haute fréquentation ? Les spécialistes n’ont cette fois pas sonné le tocsin. Il est vrai que la vaccination à marche maintenant forcée constitue un gros frein à la circulation du virus et que cette foule était là pour prendre l’air, ce qui est moins propice à la propagation que les lieux clos des périodes hivernales, comme à Noël par exemple. Dommage que la météo n’ait pas vraiment joué le jeu. En apportant un peu de chaleur, elle aurait pu, elle aussi, contribuer à freiner le virus en incitant chacun à passer encore plus de temps dehors.

Nous voilà en tout cas face à un test grandeur nature. Quel impact ont maintenant les grands rassemblements touristiques comme on n’en avait pas vu depuis l’été 2020 ? D’ici une semaine on saura si ce pont de mai va se traduire aussi par une ascension des indices. L’effet sera d’autant plus visible que la Bretagne est actuellement la région la moins touchée par le virus. S’il y a un impact, il se traduira clairement dans les chiffres.

Mais cette situation privilégiée de la Bretagne révèle un gros paradoxe. Selon Stanislas Niox-Chateau, co-créateur du site Doctolib, la Bretagne figure dans le Top 3 des régions les plus vaccinées de France, avec la Corse et la Nouvelle Aquitaine. Moins touchée, mais plus vaccinée ! Étonnant, non ? Faute d’explication officielle, on peut penser qu’il y a moins d’anti-vaccins en Bretagne et que l’organisation y est sans doute de qualité.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider