Common octopus (Octopus vulgaris).

En Bretagne-sud, les poulpes ont les crocs

Ce n’est pas l’année des méduses, c’est l’année des poulpes. En Bretagne-sud, ils prolifèrent, cet été, dans des proportions jamais vues depuis des décennies, selon les pêcheurs. Dans un premier temps, ce fut plutôt considéré comme une bonne nouvelle, car c’est un céphalopode à la chair appréciée qui se vend en criée. Mais le poulpe a aussi sa face plus sombre, du moins considérée avec un œil humain. L’animal a de l’appétit et des crocs bien solides, au point de s’attaquer à des mollusques et crustacés avec une voracité de barracuda. Ou presque. C’est du moins ce qu’affirment des pêcheurs, en certifiant qu’ils pêchent maintenant moins de homards, d’ormeaux, d’araignées, d’étrilles… selon des témoignages recueillis par Le Télégramme.

Il est vrai que pour l’instant, ils ne semblent pas beaucoup attirer les prédateurs. Et pour cause : leur présence récente n’a sans doute pas encore été repérée alors que l’espèce fut jadis abondante le long des côtes sud bretonnes. Comme la sardine, il était bien présent avant de disparaître soudainement. Et de revenir maintenant, probablement sous l’effet du réchauffement climatique, bien que les scientifiques se montrent encore réservés sur la question. L’un d’eux fait au passage remarquer que les poulpes pullulent en Méditerranée et que sous l’effet de la régulation naturelle, ils ne font pas de ravages dans les fonds qu’ils fréquentent.

Bretagne Bretons
1 Commentaire
  1. BEATRICE BUREL

    Très bonnes infos grâce à Bretagne Bretons.

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider