Wanted toubib ! Lucky Luke et le western kig-ha-farz

On avait déjà eu l’histoire du druide. Cette fois, c’est Lucky Luke qui a fait le spectacle. Et après la commune de La Roche-Derrien (22) inventant une histoire de druide armoricain devenant toubib pour cause de vacance du poste, c’est Guiclan (29) qui s’est lancé samedi dans une grande mise en scène western avec Lucky Luke aux trousses d’un médecin. Même les Dalton étaient là, c’est dire si on n’a pas lésiné sur les moyens pour cette super-production quasi-hollywoodienne.

Les communes en sont décidément réduites à chercher tous les moyens pour séduire des médecins et les inciter à venir s’installer. Samedi, c’est même une partie de la commune qui s’est mobilisée pour apporter son soutien à l’idée de coopérative, lancée par le maire Raymond Mercier, destinée à réunir quelques moyens pour une maison médicale susceptible d’attirer un ou deux futurs médecins. Dans l’éventail de l’argumentaire figure même une video ou Lucky Luke, les Dalton et le maire-shériff se sont mis en quatre pour prouver que la commune a le sens de l’humour, ce qui constitue aussi un moyen de séduire un toubib et sa famille.

Ce petit film d’une minute est destiné au deuxième Généraliste Dating de Brest, en octobre prochain, où se cotoieront des internes en médecine (et futurs généralistes), des medecins-remplaçants ainsi que des professionnels de santé et des élus locaux. Une occasion pour les uns et les autres de se cotoyer, lancée par l’Agence régionale de santé. Et éventuellement de conclure. L’an dernier elle a connu un certain succès et Guiclan espère faire au moins une touche avec son western-kig-ha-farz.

La Bretagne ne souffre certes pas d’une désaffection plus marquée qu’ailleurs. Le ratio de médecins (133 pour 100.000 habitants) est même légèrement supérieur à la moyenne nationale (131) mais leur implantation est très disparate. Certains secteurs sont en passe de devenir des déserts médicaux même si on n’y trouve pas encore de cactus et d’herbes folles roulant sous le vent balayant des terres caillouteuses pour cow-boy solitaires. On n’en est pas encore là mais le zèle que déploient désormais nombre de communes est à la mesure de ce mal français, avec ses territoires hyper-médicalisées pour quatrième âge aisé et ces zones rurales en déficit médical avancé.

Alors les communes se creusent les méninges et inventent des histoires de druide ou de cow-boy pour évoquer leur situation. Pourvu qu’elle n’en soient pas réduites, un de ces quatre, à tourner une version bretonne de Jurassic Park !

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider