capture-decran-2017-08-09-a-10-58-45

Les voitures bretonnes pas en très bon état ?

Dans quelle région de France les voitures sont-elles le mieux entretenues par leurs propriétaires ? La question est intéressante mais la réponse très aléatoire. Sauf si on décide de ne prendre qu’un seul critère : le premier contrôle technique d’une voiture. Celui qui est obligatoire quatre ans après la mise en service du véhicule (ensuite, c’est tous les deux ans) et qui consiste en la vérification de 124 points de contrôle, avec contre-visite obligatoire en cas d’anomalie.

C’est sur ce seul critère que l’UTAC-OTC (organisme technique de contrôle) a établi une cartographie nationale établissant le degré d’entretien des véhicules au bout de quatre ans. Et s’il se trouve qu’en moyenne nationale, 17,6 % des véhicules ont été recalés à ce premier contrôle technique pour défaut d’entretien sur un ou plusieurs des points de contrôle, les Bretons sont au dessus de cette moyenne (voir la carte ci-dessous). Ce qui signifie que leurs véhicules sont globalement en moins bon état que le reste du parc national.

Les voitures les plus mobiles de France

L’OTC donne les chiffres bruts mais ne les assortit pas de commentaires. Et il faut donc avancer quelques suppositions sur les raisons de ce mauvais état relatif des voitures bretonnes.

La première tient très probablement à la distance parcourue annuellement. Les Bretons sont les automobilistes les plus mobiles de France et ceux qui effectuent les plus longues distances entre leur domicile et leur lieu de travail. Donc, lors de ce premier contrôle technique des quatre ans, leur kilométrage est déjà élevé ce qui tend à expliquer en partie ce résultat régional.

La seconde tient aussi probablement au rapport des Bretons avec leurs caisses ! Ils n’ont pas la réputation d’être très attachés à leur voiture et encore moins de frimer avec. Ce qui peut expliquer une certaine négligence et donc un ratio plus élevé de recalés au premier contrôle.

Mais peut-être faut-il aussi considérer que les contrôleurs bretons, avec cette réputation de sérieux qui caractérise leur région, effectuent ce diagnostic complet avec tout le zèle nécessaire. Le rôle du contrôleur est lui aussi déterminant et il faut bien avouer que l’on se pose quelques petites questions à peine taquines quand on constate que c’est en Corse du nord, avec à peine 10,9 % de recalés, que les résultats sont les meilleurs de France. Est-ce seulement l’état des voitures qui explique ce très gros décalage corse avec la moyenne du pays  ?

Julien Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider