verre

Verreries de Bréhat. Les trésors d’une île

Venise a ses souffleurs de l’île de Murano, célèbre dans le monde pour ses verreries. La Bretagne a ses souffleurs de l’île de Bréhat, bien plus discrets mais dont la production est, elle aussi, en passe d’être connue sur plusieurs continents puisque l’entreprise exporte 30 % de ses produits, en grande partie à destination de l’hôtellerie de luxe.

C’est bien la preuve que l’on peut produire sur une petite île, même si au départ le projet d’Yves Neumager était plus modeste. Ayant obtenu l’autorisation d’installer son activité dans l’ancien fort de Bréhat, l’île qui fait face à Paimpol (Cotes-d’Armor) , il était assuré d’avoir la visite de touristes, au milieu de ces vieilles pierres, pour ses premières productions de verreries. Des objets modestes que les visiteurs emportent comme souvenirs insolites de leur passage en Bretagne.

Mais depuis, la production a bien changé. On peut encore venir voir en direct le travail des souffleurs mais la production de la société a gagné bien d’autres horizons puisque ce sont de véritables œuvres qui sortent de cet atelier et que les clients se trouvent aussi bien à Paris que dans des hôtels de luxe d’Asie ou du Moyen-Orient. Et la gamme s’est singulièrement élargie. Des lustres imposants aux plafonniers en forme de galets soufflés, des boutons de portes artistiquement réalisées aux meubles en verre, c’est tout un savoir-faire qui séduit les milieux du luxe. Avec des intermédiaires parmi les architectes et décorateurs d’intérieur de la capitale, comme autant d’ambassadeurs de la petite île bretonne.

Une douzaine d’artisans d’art oeuvrent au sein des ces ateliers que vous ne manquerez pas de visiter si vous faites la courte traversée entre Paimpol et Bréhat.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider