TP-bretagne-danger

Chantier FRTP en Bretagne @FRTP Bretagne

Bretagne. Danger sur le TP ?

Selon François Coville, Président de la Fédération Régionale des Travaux Publics (FRTP) Bretagne, « sans un soutien immédiat et massif à l’investissement local, le secteur des Travaux Publics court à la catastrophe ». La raison ? Une chute drastique des Appels d’Offre : moins 66 %.

« À la différence de bien des secteurs comme le transport aérien, l’industrie en règle générale, ou les services, personne n’a demandé aux collectivités de tout stopper et de suspendre les appels d’offres. C’est pourtant ce qui est en train de se passer sous nos yeux alors que les TP restent dépendants à plus de 60 % de la commande publique ! », explique-t-il. Il a d’ailleurs adressé un courrier aux 1 270 élus locaux.

Le TP, pas une variable d’ajustement

« Les collectivités ont la capacité pour investir dès maintenant. Communes et EPCI font mieux en Bretagne qu’au niveau national avec un taux d’épargne brut moyen supérieur à 10 % et une capacité de désendettement bien plus dynamique ! Qu’elles décident d’engager des investissements comme le leur permet l’ordonnance du 23 mars 2020 pour des infrastructures (réseaux énergétique, numérique, d’eaux, d’assainissement, de mobilité) au service des territoires et de la transition écologique »

« C’est maintenant que le futur doit être acté, sauf à ce que dans 6 mois, nous allions tous dans le mur… comme si l’impact des années électorales traditionnellement observé sur l’investissement local ne suffisait pas ! »

Nous ne devons pas être considérés comme la variable d’ajustement. ». Qu’elles relancent les appels d’offres pour enclencher une dynamique positive : l’élan doit être collectif ! », estime le président d’une Fédération qui représente 500 entreprises pour près de 12 000 salariés.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider