Andreas Tille // Creative Commons

Andreas Tille // Creative Commons

Tourisme en Côtes d’Armor. Y’ a plus de saison !

Le tourisme hors-saison se développe dans les Côtes-d’Armor et compte sur la grande vitesse pour accélérer. Saint-Brieuc ne sera bientôt plus qu’à 2h15 de Paris.

Si les mois de l’été constituent toujours des pics, et font afficher plus de 2 millions de visiteurs au compteur de la fréquentation touristique annuelle dans le département des Côtes-d’Armor, les autres mois de l’année sont loin d’être quantité négligeable. Les chiffres publiés par les services économiques du département en témoignent. L’an dernier, entre octobre et mars, on a comptabilisé 4,3 millions de nuitées, soit environ 20% sur les 23 millions enregistrés en moyenne en un an.

La randonnée et la pêche

« Entre 2010 et 2014, les nuitées hors-saison, ont progressé de 13%, alors que l’activité touristique globale est restée stable » se félicite Erven Léon, le nouveau vice-président chargé de l’économie au sein du conseil départemental. Le littoral reste une locomotive ( le département compte 350 km de côtes) mais le Centre-Bretagne contribue au développement de ce tourisme hors-saison. La randonnée compte de plus en plus d’adeptes, tout comme la pêche. Cette année, la fédération départementale de la pêche annonce des actions avec les professionnels de l’hôtellerie, pour promouvoir un « produit pêche-hébergement » à l’instar de ce qui existe en Irlande.

Les « cités de caractère », à l’image de Dinan, profitent à plein de ce tourisme « hors saison ».En moyenne, « sur les 500.000 visiteurs accueillis chaque année, 10% sont des touristes d’hiver » estime l’office de tourisme local, dont environ 40% d’anglais ».

Bientôt à 2 h 15 de Paris

Le tourisme d’affaire constitue aussi une piste à exploiter hors-saison. En 2017, grâce à la LGV, les Côtes-d’Armor ne seront plus qu’à 2h15 de Paris. 27,5 millions d’euros ont été votés pour faire de la gare de Saint-Brieuc, un « pôle d’échange multi-modal » premier du genre en Bretagne, qui ouvrira de nouvelles perspectives touristiques et économiques. L’agence de développement économique du département vient d’ailleurs de lancer un appel à projet « e-tourisme » auprès des professionnels pour améliorer les outils numériques et répondre aux nouveaux comportements de la clientèle.

Patrick le Nen
2 Commentaires
  1. Ah !.. Là ça fait plaisir … Le Duo reconstitué !.. René Pérez-Patrick Le Nen … Un Duo de choc !!! A quand les  » Bretonnades  » dans le style des  » Griffonnages  » ?.. On vous attend au tournant … Vous avez mêmes le dessinateur en la personne de NONO !.. Aller lâchez-vous !!! Que du bonheur de vous lire ….

  2. L’évolution des pratiques touristiques des dernières années, rompant avec les bonnes vieilles vacances d’un mois et demi en camping l’été, peut bénéficier à la région Bretagne qui dispose, plus qu’aucune autre région, d’une offre diversifiée et qualifiée, et pas uniquement tournée vers « le soleil » : patrimoine naturel (/randos), patrimoine historique et architectural (/visites), vie culturelle et artistique (/animations), loisirs, …. Il faut conserver à l’esprit que la balade, à travers la randonnée pédestre en particulier, reste le véritable « fond de commerce » de la Bretagne, indémodable et tellement plébiscité, même si d’autres pratiques ont tout leur intérêt (nautisme, pratiques spécifiques, thématiques, …). Et que de nombreuses opportunités existent déjà pour « faire venir » hors été : encore faut-il bien les valoriser, et communiquer à leur sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider