Tourisme breton. Septembre rattrape juillet

Petit à petit, l’écart se resserre. Le mois de juillet, depuis quelques années, a nettement moins la côte auprès des touristes alors qu’à l’inverse, le mois de septembre prend des couleurs et donne à l’arrière saison un relief qu’elle n’avait pas dans les courbes statistiques. D’ailleurs, les chiffres en témoignent : ce 4 septembre, l’office de tourisme de Concarneau a enregistré plus de passage (1.700) que le 3 juillet (1600).

Tout, il est vrai, se conjugue pour cette évolution qui semble désormais inéluctable. Avec des examens de plus en plus tardifs et une météo contrariante ces dernières années (trop chaude dans le sud, trop humide dans le nord), le mois de juillet ne démarre plus vraiment avant le grand rush du 14 juillet.

A l’inverse, septembre semble soudainement dopé par une conjugaison de facteurs favorables. Le vieillissement de la population qui a grossi le nombre de touristes seniors n’ayant pas d’obligation liée à la rentrée scolaire, l’effet de la crise qui pousse à rechercher des tarifs hors-saison plus attractifs mais aussi cette tendance à fuir la foule qui s’est accentuée avec les événements que l’on sait.

Bien que les statistiques ne soient pas encore très affinées sur ce basculement entre juillet et septembre, c’est le sud méditerranéen qui bénéficie le plus de ce glissement saisonnier, septembre y assurant tout à la fois une météo accueillante et moins caniculaire, conjuguée à des tarifs moins surchauffés qu’en haute-saison. Mais le phénomène est également très perceptible en Bretagne, comme en témoigne l’affluence enregistrée dans les sites touristiques en ce début septembre, malgré une météo désespérément chagrine. En témoigne aussi le niveau de réservations dans les gîtes, dont la Bretagne est la mieux dotée de France. Ils attirent autant qu’en début juillet.

Mais la Bretagne n’est pas encore vraiment dans le rythme de ce glissement saisonnier. En témoignent les nombreuses activités ou commerces qui baissent rideau dès la fin août.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider