Tourisme breton. Réussir son coming août

Pas folichon ! Le tourisme breton fait grise mine depuis le printemps et mise maintenant sur le mois d’août pour sauver l’année. Jusqu’à présent, tout s’est conjugué pour assombrir un tableau qui s’annonçait prometteur après trois étés de progression constante. Mais au printemps, les séquelles du terrorisme ajoutée à une météo capricieuse, une météo sociale détestable et l’absence de ponts ont passé les statistiques au laminoir. Pas bon du tout. Et en prime, l’impact de l’Euro, absent à l’Ouest, qui a semblé retarder l’arrivée des touristes étrangers (surtout Allemands), un peu scotchés devant leur poste.

Une enquête effectuée début juillet dans les Côtes-d’Armor donne le ton : 57% des professionnels interrogés ont noté une baisse, parfois sévère, de leurs résultats par rapport à 2015. Et ils avaient l’humeur d’autant plus chagrine que, cette année, ils n’ont aucune locomotive pour les tirer. Pour les fameux chants de marins de Paimpol, il faudra attendre l’an prochain. En Ille-et-Vilaine et Morbihan la tonalité est un peu la même en début d’été.

Seul le Finistère fait exception puisque la saison est tirée vers le haut par de grands événements qui ont drainé la foule (Brest 2016 et les Vieilles Charrues) et que cette année confirme le formidable impact sur la clientèle allemande de la série du commissaire Dupin qui se déroule en Cornouaille. Les professionnels du tourisme cornouaillais le constatent pratiquement tous les jours.

Pour tous maintenant, c’est août qui doit sauver les meubles. C’est le moment-phare de la saison, celui où les trésoreries font un peu de gras pour pouvoir passer l’hiver. Et louper ce mois-là, c’est l’assurance d’une morte-saison douloureuse. Les professionnels croisent donc les doigts pour que la météo et les problèmes de sécurité ne viennent pas torpiller des perspectives assez prometteuses pour ce mois crucial mais également pour l’arrière-saison qui, au fil des ans, prend de plus en plus de poids dans le bilan annuel du tourisme breton.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider