plage

Tourisme. Bonne année en Bretagne

Le tourisme breton avait une connu une année 2016 décevante, en partie liée au choc provoquée par le Brexit. Cette année, le rebond est net, si l’on en croit les chiffres que viennent de communiquer le comité régional du tourisme et l’Insee, selon lesquels l’année qui s’achève est la meilleure des cinq dernières années pour les professionnels du tourisme breton.

Tous types d’hébergement professionnel confondus, le nombre de nuitées (19,4 millions) est en progression de 7,5 % cette année, plaçant la Bretagne en seconde position derrière le Grand-Est pour le plus fort écart d’une année à l’autre. C’est la clientèle française qui a fourni le plus gros contingent de cette progression (+ 8,7%) alors que la hausse est plus limitée pour la clientèle étrangère (+ 2,5%).

Ce sont les campings qui enregistrent le plus fort rebond avec une hausse de 9,6 %, essentiellement tirée par la clientèle française mais elle ne se contente plus des emplacements nus. Elle veut des bungalows, des chalets, des mobil-homes et les efforts entrepris par les professionneles pour élargir leur gamme dans ce domaine portent visiblement ses fruits. Ils sont d’autant plus nécessaires que la météo est facétieuse en Bretagne et qu’il vaut vieux proposer aux visiteurs du grand air mais à l’abri !

En revanche, c’est la clientèle étrangère qui a tiré à la hausse la fréquentation des hôtels (+ 4,9 %) en grande partie portée par la clientèle allemande. Le nombre de visiteurs d’Outre-Rhin en Bretagne a encore spectaculairement progressé cette année (+ 9,7%) alors que la clientèle britannique est logiquement en baisse (- 4,8%), sous l’effet du Brexit et du plongeon de la livre qui a suivi.

Mais les Britanniques demeurent encore, la première clientèle de la Bretagne où les Espagnols ont fait une percée cette année (+ 30%), leur envie de fuir les fortes chaleurs se conjuguant avec le lancement de liaisons à bas coûts, à l’initiative des aéroports de Rennes et Nantes.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider