Arnet // Creative Commons

Arnet // Creative Commons

Tour de France. Quatre jours en Bretagne

David Lappartient, le président de l’Union cycliste international, va accueillir le Tour de France à Sarzeau (Morbihan) ville dont il est également le maire. Mais le grand patron du cyclisme international aurait sans doute préféré que la Grande Boucle arrive dans un contexte moins encombré. Car la plus grand épreuve internationale annuelle, tous sports confondus, se heurte cette année à la concurrence du Mondial de football, évément sportif le plus suivi au monde après les Jeux Olympiques.

Alors forcément, le Tour pâtit de ce télescopage entre deux événements majeurs et au moment où il s’apprête à débouler à fond de train en Bretagne, il n’a pas encore soulevé la fièvre qui d’ordinaire secoue l’Armorique, fille ainée du cylisme. Mais les supporters ont les pieds dans les starting-blocks et ils vont passer presque sans transition de leur siège devant le Mondial au cordon le long des routes où la Grande boucle va déployer son peloton, au long de ces quatre étapes.

– Mardi 10. La Baule-Sarzeau. Belle étape en perspective et superbes vues aériennes pour l’arrivée dans la presqu’île de Rhuis, chez le président de l’Union cycliste international qui n’est peut-être pas tout à fait étranger à ce choix. Alors ici aussi, c’est piston et compagnie ?

– Mercredi 11. Lorient-Quimper, avec passage à Pont-Aven, la cité des peintres, et par Concarneau où le Tour n’a pas fait étape depuis près de 40 ans. La preuve que Jean-Paul Ollivier, enfant de la Ville Close, a le bras nettement moins long que David Lappartient. Ben oui, tiens !

– Jeudi 12, Brest-Mur-de-Bretagne. C’est à Brest qu’il y a le téléphérique mais c’est à Mur-de-Bretagne qu’il aurait fallu l’installer tant la célèbre côte de Mûr grimpe en altitude. Et pour récompenser les coureurs de leur passage en Bretagne, la commune leur offre la montée à faire deux fois, à vélo ! Merci qui ? Un casse-croûte, version casse-pattes, qui pourrait faire quelques dégâts chez ceux qui ont abusé des éclairs au chocolat cet hiver.

– Vendredi 13. Fougères-Chartres. Le Tour quitte la Bretagne et les coureurs, avant le départ, auront intérêt à toucher un pompon de marin, un fer à cheval ou à marcher dans une déjection canine, comme disent les arrêtés municipaux. Bref, un petit porte-bonheur car le Tour, un vendredi 13, c’est comme passer sous une échelle en marchant sur la queue d’un chat noir. Les rescapés seront priés d’aller brûler un cierge à la cathédrale de Chartres.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider