Sill. Le Drian fustige « l’insupportable »

Jean-Yves Le Drian a reçu cette semaine le prix du Courage politique, décerné par la revue « Politique internationale », conjointement avec son homologue allemande Ursula van der Leyen. Le ministre breton de la Défense se distingue une nouvelle fois dans la sphère gouvernementale où contrairement à certains de ses collègues, il conjugue le silence médiatique, la solidarité politique et l’efficacité économique. Ce qui fait de lui un ministre plébiscité à gauche et respecté à droite.

Une illustration de cette capacité à susciter l’estime des deux côtés de l’échiquier politique a été donnée vendredi soir à Bourg-Blanc (Nord-Finistère) où le ministre a remis la Légion d’honneur à Gilles Falc’hun, à qui fut décerné l’an dernier, le titre d’Entrepreneur français de l’année. Le PDG de la Sill, qui a également longtemps été un élu local, n’est pourtant pas classé comme homme de gauche. Il a même un jour remis la médaille de sa commune à un certain Nicolas Sarkozy, peu de temps avant sa victoire de 2007.

Et pourtant, Gilles Falc’hun a souhaité que ce soit Jean-Yves Le Drian qui lui remette cette distinction, preuve que les clivages politiques ne sont rien quand la cordialité des relations mène à l’estime réciproque. Il faut dire que les deux hommes ont plusieurs fois participé à des missions communes à l’étranger pour faire connaître le savoir-faire breton et que les liens qu’ils ont tissés se lisent même dans un simple échange de regards.

Le ministre, dans son allocution, a salué les qualités qui ont valu à Gilles Falc’hun son titre national, l’an dernier, et adressé ses félicitations au personnel pour les performances de cette société phare de l’Ouest breton. Mais le contexte étant ce qu’il est, c’est avec les accents d’un président du Conseil régional qu’il a fustigé avec vigueur « les égoïsmes particuliers » qui s’opposent à la réalisation d’un projet économique majeur pour le Finistère, référence à celui porté par la SILL à Guipavas. « Il est insupportable de rencontrer autant de difficultés », a-t-il ajouté en évoquant aussi les blocages que connaissent d’autres sites en Bretagne. Pas loin de là, le projet de plate-forme de la SICA à Saint-Pol-de-Léon est en butte aux mêmes oppositions, avec un nouveau référé à la clef.

Ces difficultés prennent un profil particulier quand on sait que dans le cas de la SILL, ce sont plusieurs millions d’euros qui sont maintenant exigés par des riverains pour retirer leurs recours…

René Perez
1 Commentaire
  1. madelaine

    le drian un incapable

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider