salaun

Salaün Holidays. Pleins gaz pour le voyagiste finistérien

Salaün-Holidays est décidément une belle pépite de la pointe bretonne. Certes, elle n’a pas décollé à la vitesse des start-ups de la nouvelle économie mais qui aurait imaginé, il y a guère plus de 20 ans, que le modeste autocariste du Finistère allait devenir le plus grand voyagiste français sur la Russie (10.000 voyageurs sur l’année) et emmener des milliers d’autres vacanciers sur les destinations comme le Japon, le Cambodge, le Vietnam, les Etats-Unis… La progression a été spectaculaire et la chiffre d’affaires, encore en hausse de 12 % à 230 millions d’euros, claque comme un Gwenn-ha-du dans le vent du large.

A la tête de la société, Michel Salaün regarde loin mais garde les pieds bien sur terre. Le siège de la société est toujours à Pont-de-Buis (Finistère) et le Pdg ne compte guère s’éloigner de ce bassin chateaulinois où l’entreprise a orchestré sa montée en gamme pour atteindre aujourd’hui une altitude inattendue.

Nouvelles agences en Bretagne

Alors on se dit que c’est en appuyant toute sa stratégie sur le Web que Salaün-Holidays a réussi son tour de force. Raté ! Bien au contraire, c’est en s’appuyant sur son réseau physique d’agences, en expansion constante, que la société a assis son succès. A l’heure où bien des secteurs d’activité réduisent leur implantation locale, le voyagiste finistérien a au contraire misé sur la proximité en jouant habilement sur les deux tableaux. Une solide présence sur le net qui permet aux vacanciers de faire leur choix puis de venir finaliser en agence pour se donner l’assurance que leur séjour ne va pas tourner en eau de boudin, comme c’est trop souvent le cas avec certaines opérateurs du net.

Du reste, après des ouvertures récentes d’agences comme celle de Crozon, dont les résultats dépassent les espérances, la société compte étoffer son réseau breton en ouvrant l’an prochain de nouvelles vitrines à Saint-Pol-de-Léon (29), Perros-Guirec et Dinan (22). Une extension qui se double d’acquisitions dans le sud-ouest et d’ouverture en Normandie (Cherbourg) pour conforter cet arc atlantique d’où le groupe lance ses flèches vers les destinations lointaines. Avec une spécialisation de plus en plus marquée dans ce qu’on appelle les beaux voyages qui sont au tourisme ce que les beaux livres sont à l’édition.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider