abeile

Saint-Malo. Les abeilles Décathlon boxeront-elles le frelon ?

Si vous ne savez pas encore que les abeilles ont le bourdon, c’est que vous êtes en mode déconnexion totale. Entre les pesticides, les herbicides et ce salopard de frelon asiatique, rien ne leur est épargné et nos butineuses se font décimer un peu partout. Pour maintenir leurs effectifs, des collectivités locales viennent en aide aux apiculteurs ou mettent elles-mêmes en place des ruches. Il y en a, depuis dix ans, sur le toit du conseil départemental du Finistère, à Quimper, et bien des mairies ont embrayé le pas.

Le secteur privé s’y met lui aussi, à l’instar du magasin Décathlon de Saint-Malo qui vient de faire installer deux ruches sur son terrain, à proximité de plantes mellifères pour assurer leur subsistance. L’enseigne locale s’est lancée dans une démarche environnementale déjà mise en oeuvre lors de la conception de son bâtiment, réalisée selon des normes respectueuses de l’environnement. Avec ces ruches installées par des professionnels chargés d’en assurer le suivi, l’enseigne veut attirer l’attention sur la situation difficile des abeilles dans un environnement souvent hostile mais aussi encourager à la production de miel puisque notre pays importe les trois-quarts de sa consommation.

Mais Décathlon devrait aller encore plus loin dans sa démarche. Puisque c’est sa spécialité, pourquoi n’organiserait-elle pas des sessions spéciales d’arts martiaux à l’attention des abeilles pour les aider à se défendre contre les frelons ? Allez hop, les filles ! Cours d’aïkido, de jiu-jitsu ou de kungfu, au choix ! Ca ne doit quand pas être sorcier et ça permettrait aux butineuses de se défendre, voire même de boxer le fourbe asiatique quand il vient se mettre en vol stationnaire devant les ruches. Mais l’idéal, bien sûr, ce serait d’initier nos abeilles au tir à l’arc, autre spécialité de Décathlon. Bien campées à l’entrée de leur ruche, ce serait un jeu d’enfant pour elles quand l’envahisseur est en vol immobile, à portée de flèche. Tiens, prends ça dans ta gueule, super-frelon !

C’est sûr que si Décathlon veut vraiment s’y mettre, le combat pourrait vite changer d’âme.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider