coquille

Saint-Brieuc. Un stock de saint-jacques inégalé depuis 1973 !

La pêche à la coquille saint-jacques s’ouvre lundi dans la baie de Saint-Brieuc, l’un des grands gisements français, avec le baie de Seine qui a été le théâtre, ces dernières semaines, d’un conflit agité entre pêcheurs français et anglais. Dans la baie de Saint-Brieuc l’ambiance est plus détendue et le moral au beau fixe, comme le temps et les prévisions que vient de révéler l’Ifremer.

L’institut de la mer, qui effectue chaque année une évaluation de la biomasse de coquilles disponibles dans la baie, vient de donner le résultat de ses évaluations pour 2018. Et elles sont excellentes. La biomasse serait actuellement de 48.500 tonnes, un total qui n’a pas été atteint depuis 1973, époque où la coquille était très abondante et pêchée sans restriction. Sur ce total, 25.000 tonnes ont la taille réglementaire de 10,2 cm pour être exploitées, ce qui représente plus de cinq années d’activité pour la baie où la moyenne de pêche oscillait ces dernières années entre 4.000 et 5.000 tonnes. Mais elle a parfois atteint 7.500 tonnes comme en 2006 où la coquille était très abondante.

Quel quota peut-on envisager cette année ? C’est Ifremer qui donnera ses préconisation lors d’une réunion avec les professionnels, le 5 octobre. Elle pourrait déboucher sur une augmentation du quota de prises, en lien avec ces observations prometteuses. Au total, une centaine de bateaux participent à cette pêche qui va s’ouvrir, lundi. Ils furent les pionniers d’un mode de gestion de la pêche qui a prouvé son efficacité et qui inspire maintenant d’autres secteurs de la profession.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider