2011-03-27-perros_097

Sable de Lannion. Un corail qui remonte à la surface

Les opposants à l’extraction de sable en baie de Lannion ont-ils trouvé leur escargot de Quimper ou leur campagnol amphibie, ces espèces protégées qui ont connu leur heure de gloire médiatique du côté de Brest et de Notre-Dame-des-Landes ? A Lannion c’est la gorgone verruqueuse, jusqu’ici parfaite inconnue du milieu aquatique, qui vient de remonter à la surface et donner un argument supplémentaire aux opposants sur la nécessité, selon eux, de faire barrage à toute forme d’extraction.

L’étude d’impact avait laissé entendre que les fonds sablonneux ne recelaient qu’une vie aquatique très pauvre et que les prélèvements ne bouleverseraient donc pas la biodiversité locale. A l’initiative du comité des pêcheurs-plaisanciers, ils ont donc pris le parti d’une contre-expertise en demandant à deux scientifiques d’aller à leur tour faire un état des lieux et des espèces pour l’information du Peuple des dunes, le collectif des opposants à l’extraction. Or selon leurs prélèvements et une vidéo sous-marine qu’ils ont réalisée, le site envisagé pour une future extraction abrite une espèce menacée, la gorgone verruqueuse, une sorte de corail aux branches très caractéristques.

Ces éléments ont été remis au tribunal administratif et au conseil d’Etat, instances judiciaires qui instruisent ce délicat dossier dont on sait qu’il est également suivi de près par Ségolène Royal. La gorgone verruqueuse va-elle faire pencher la balance de la Justice ?

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider