Pour le retour des passagers, Brittany Ferries vise la mi-mai

La Brittany Ferries est une compagnie maritime et un mastodonte de l’économie bretonne. Mais par les temps qui courent, c’est aussi un baromètre de reprise d’activité en cette période troublée qui avance dans le brouillard. Sur son calendrier, la Brittany a coché une case, soulignée de trois traits : la mi-mai. C’est à cette date que la compagnie espère pouvoir reprendre ses rotations de passagers après une année 2020 et un début 2021 avec la tête sous l’eau. 750.000 passagers transportés l’an dernier contre 2,5 millions en 2019 et une baisse du chiffre d’affaires de 57 %. Seul le fret a réussi à surnager dans un contexte catastrophique, presque comparable à celui de l’aérien.

En fin d’année dernière, la compagnie bretonne avait espéré une reprise à la fin mars. Mais la seconde vague du virus a emporté toutes les prévisions, ici comme ailleurs. C’est donc dans un peu moins de deux mois qu’elle espère reprendre les rotations des deux côtés de la Manche, en comptant sur la vaste campagne de vaccinations lancée d’un côté comme de l’autre.

Chez les Britanniques, la campagne a commencé un mois plus tôt que sur le continent, en raison de plus longs délais d’autorisation européenne de mise sur le marché. Et comme ils ont mis le paquet, notamment sur la diffusion du vaccin Astrazeneca, ils atteignent déjà 30 millions de vaccinations alors que l’Hexagone ne sera qu’à 10 millions environ à la fin de ce mois de mars.

Mais quand on sait que 80 % de la clientèle transportée est britannique, on imagine que c’est plutôt de ce côté-là que la compagnie bretonne fixe toute son attention. Les performances outre-Manche sont primordiales pour l’activité de la compagnie, car c’est de là-bas que viendra le salut cette année.

Encore faudra-t-il que soient levées les restrictions aux voyages actuellement en vigueur où seuls les voyages essentiels sont autorisés. La France, grand pays de tourisme, ne traînera pas des pieds pour lever les barrières. L’activité touristique pèse des millions d’emplois, soit directs, soit indus avec toutes les activités annexes. Mais on peut penser que Boris Johnson, lui non plus, ne mettra pas trop de frein à la levée des mesures barrières. Que les touristes britanniques soient parmi les premiers à reprendre des voyages à l’étranger sera pour le Premier ministre britannique la marque éclatante du succès de sa campagne de vaccination.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider