poule

Rennes. Un postier = deux poules

Comment cultiver l’esprit d’entreprise ? Avec des primes, des week-ends d’intégration, des bons cadeaux, des balades en car ? A la Poste, on innove. A Rennes, l’entreprise a lancé une opération originale pour marquer son implication dans le développement durable : elle a proposé à des postiers d’adopter des poules. Pas une mais deux, car une poule toute seule n’aurait pas beaucoup l’occasion de caqueter, ce qui constitue une des fonctions premières chez les gallinacées, avec la reproduction, bien sûr, du moins si le coq veut bien y mettre du sien.

Donc, la Poste fait son calcul : une poule en forme, de poids normal et ne souffrant d’aucun syndrome d’anorexie chronique, avale à peu près 150 kilos de déchets alimentaires par an, qu’elle rend notamment sous la forme d’oeufs que l’on peut faire frire deux par deux en ajoutant juste un peu de sel. 150 kg d’un côté, au moins 200 œufs de l’autre… La Poste a dit banco en mettant à profit la Semaine du développement durable pour inciter ses employés à adopter des poules déchétivores. Et pour lancer le mouvement, elle a financé les premiers achats. 88 poules offertes à 44 adoptants, à raison de deux par personne.

La demande a été forte et les heureux bénéficiaires ont emporté deux poules, un guide d’élevage, un sac de graines et même un sac de coquilles d’huitres puisque les poules sont aussi capables d’absorber ces coquilles qui débordent de nos sacs poubelles pour Noël, le Réveillon et éventuellement la communion du petit.

Le mouvement s’arrêtera-t-il là ? Sachant que la Poste emploie actuellement 240.000 personnes en France calculez combien de déchets alimentaires seraient ainsi éliminés chaque année si chaque employé adoptait deux poules ? Vous donnez votre langue au chat ? Ca fait 72.000 tonnes. Et la planête serait sauvée !

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider