La Bretagne en première ligne de la nouvelle loi sur les rémunérations des agriculteurs

Bien souvent, les négociations annuelles sur les prix menées par les industriels et les enseignes de la grande distribution se sont faites sur le dos des agriculteurs. Quand il fallait rogner quelques centimes par ci, quelques centimes par là dans le dernier tour de table, c’est la part des agriculteurs qui était le plus souvent malmenée.

Avec la nouvelle loi Egalim 2 sur les rémunérations des agriculteurs, ce billard à trois bandes s’achevant par un jeu de dupes au détriment des agriculteurs ne pourra plus avoir cours. La nouvelle loi, votée en octobre dernier et qui entrera en application dès le 1er janvier 2022, impose désormais une contractualisation obligatoire sur trois ans dans les filières bovine, porcine et laitière.

En clair, l’éleveur livrant ses produits et l’industriel qui va les transformer devront obligatoirement signer un contrat, sur trois ans, prévoyant un prix d’achat de ces produits, tenant compte de l’évolution des prix de production. Cette part, réservée à l’agriculteur, sera « non négociable » entre industriels et grande distribution quand les uns et les autres se retrouveront à la table des négociations annuelles. C’est la grande nouveauté introduite par cette loi. L’éleveur aura une garantie de son prix avant les négociations et il devra être le même à la sortie de cette table ronde annuelle, quelle que soit l’intensité du bras de fer entre industriels et distributeurs.

La Bretagne est en première ligne de cette nouvelle loi puisqu’elle est la principale région agricole française et plus encore dans ces trois filières d’élevage qui constituent une spécificité de la production agricole bretonne. Les agriculteurs comptent beaucoup sur cette loi qui devrait changer un mode de fonctionnement où ils n’avaient pas le beau rôle, absents qu’ils étaient de ces négociations finales ou souvent ils se faisaient tondre la laine sur le dos.

Reste à savoir, au moment où l’inflation connaît des moments de surchauffe, quelle sera l’incidence de cette nouvelle loi sur le niveau des prix facturés aux consommateurs. Les industriels assurent que cette loi entraînera une hausse “raisonnable” des produits livrés à la grande distribution.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider