Regain de confiance chez les patrons bretons

Moral en hausse ! Si l’on en croit l’enquête annuelle de la Banque de France, les chefs d’entreprises bretons se montrent plutôt optimistes en ce début 2017. Ce type de sondage est bien sûr aléatoire tant les retournements de tendance sont parfois imprévisibles, dans ce monde en voie de trumpisation. Mais le niveau de confiance est meilleur qu’au début 2016 et plus encore 2015. Une tendance haussière, par palier, qui a trouvé un autre signe avant-coureur en fin d’année 2016 avec une progression de l’intérim de 12 % en Bretagne par rapport à la même période de l’année précédente.

Il est vrai que plusieurs éléments se conjuguent pour conforter cette bonne orientation qui, outre un environnement plutôt favorable sur les taux d’intérêt, la stagnation des prix du pétrole ou le niveau de l’euro, s’appuie aussi sur l’effet positif du CICE et des niveaux de stocks plutôt bas qu’il faut reconstituer. La conjugaison de tous ces facteurs donne globalement des carnets de commande assez bien garnis et même quelques fulgurances, comme le recrutement express de 400 intérimaires chez PSA Rennes pour faire face au succès de la 5008.

Tout cela doit, bien sûr, être nuancé car d’un secteur à l’autre, les variations sont parfois notables. Mais les services aux entreprises, par exemple, sont en grande forme, apportant une éclairage positif sur l’ensemble du secteur de production. Dans la bâtiment aussi, les perspectives sont meilleures et même dans l’agroalimentaire, après une année 2015 il est vrai plutôt décevante.

En revanche, cette période électorale pèse sur le secteur des travaux publics. Pour les collectivités locales, ces parenthèses ne sont pas favorables aux lancements d’investissements, a fortiori en phase de restrictions budgétaires. Pour le commerce non plus, ces phases agitées ne sont pas très florissantes, surtout dans une campagne électorale aussi extravagante que celle que nous traversons. Elle n’est pas vraiment propice à redonner cette confiance qui constitue le principal moteur de la consommation.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider