porc

Prix du porc breton. Un tour de cochon ?

Si le monde agricole traverse une période de crise traumatisante, les producteurs de porcs font un peu exception. Au début 2016, une soudaine demande en provenance de Chine a fort opportunément donné un coup de fouet aux cours du porc qui s’enfonçaient à des prix planchers devenus mortifères pour la production.

Depuis plus d’un an, les cours ont permis aux éleveurs de redonner des couleurs à une trésorerie sérieusement secouée et de voir l’avenir avec de meilleurs perspectives. Mais voilà que les cours repartent à la baisse, dans un contexte qui est pourtant plutôt favorable avec une météo ensoleillée, la fréquentation touristique ou les promos de la rentrée compensant une demande asiatique moins forte.

Certes, cette baisse par paliers de quelques centimes ne menace pas encore les trésoreries mais elle se produit dans un contexte européen très paradoxal. Car les prix payés aux producteurs, chez les principaux concurrents étrangers, sont nettement supérieurs à ceux d’ici alors que d’ordinaire, c’est l’inverse qui est de mise. Ainsi, les prix sont actuellement de 20 centimes supérieurs en Espagne et de 10 centimes en Allemagne, contrairement à la tendance habituelle où le prix payé aux producteurs français est généralement plus élevé, en raison notamment de certaines charges auxquelles échappent leurs proches concurrents.

Alors ils se posent des questions et Paul Aufray, le président de la Fédération porcine, va même jusqu’à dire que cette « situation est inexplicable » (LeTélégramme) en ce demandant qui tire les ficelles dans la filière qui va des abatteurs aux transformateurs. Et c’est vrai qu’au palmarès des cotations européennes, on nage dans le paradoxe.

Alors, y-aurait-il un grand méchant loup qui veut se payer Riri, Fifi et Loulou, la grand-mère et l’argent du beurre ? Les cotations au marché de Plérin (Côtes-d’Armor) sont suivies de près par les éleveurs pour savoir s’il n’y a pas, là-dessous, un vrai tour de cochon.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider