troadec

Présidentielle. Troadec part de loin

Christian Troadec, maire de Carhaix et ex-chef de file des Bonnets rouges, est candidat à l’élection présidentielle. Il en a fait l’annonce officielle après avoir, depuis quelques mois, laissé clairement entendre qu’il était partant pour porter la voix des Régionalistes à la mère des élections.

Cette candidature est le fruit d’une réflexion mûrie dans le sillage d’un conflit social qui l’a porté à la une de l’actualité française pendant quelques semaines mais, surtout, elle repose sur le constat que les partis régionalistes n’ont jamais été représentés à l’élection présidentielle alors qu’ils pèsent d’un bon poids dans nombre de régions. La liste de Christian Troadec n’a-t-elle pas obtenu 6,7% des voix aux dernières régionales ? Un niveau qui l’autorisait à une fusion de liste mais personne ne l’a souhaitée.

« Une véritable régionalisation »

En estimant qu’il est « urgent de faire émerger une force politique qui remette en cause le centralisme et propose une véritable régionalisation », l’élu carhaisien compte sur le mouvement Région et Peuples solidaires pour conforter sa candidature. Et s’il a décidé de partir ainsi de loin, c’est que l’horizon est loin d’être dégagé.

Il lui faut d’abord obtenir les indispensables 500 parrainages d’élus, exercice délicat même si avec 36.000 communes en France, le réservoir est profond et plus facilement accessible à ceux qui portent eux-mêmes une écharpe de maire. Mais il lui faut aussi, d’une façon ou d’une autre, se positionner très vite dans contexte régionaliste compliqué. Quelques grandes régions françaises sont porteuses d’une très forte identité et il n’est pas évident que des Corses, des Basques ou des Alsaciens aient envie d’être représentés, à une élection nationale, par un élu fortement estampillé breton ascendant armoricain.

C’est tout l’enjeu de l’engagement de Christian Troadec : convaincre les autres régions qu’il peut-être leur porte-parole à cette élection majeure. Pas simple quand on sait que le maire alsacien de Dannemarie, Paul Mumbach, après avoir dans un premier temps décidé de s’aligner aux côtés de Christian Troadec, a finalement choisi de se présenter à la présidentielle. Il en a fait l’annonce officielle au début février en prônant « une véritable autonomie régionale » tout en se présentant comme porte-parole des maires ruraux.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider