kayak

Le premier kayak électrique est breton

C’est l’une des grandes innovations de loisir présentées cette année au Salon nautique de Paris : le kayak de mer à assistance électrique. Il est l’oeuvre de Plasmor, l’entreprise vannetaise qui s’était déjà distinguée en créant, en 1981, le premier kayak de mer moderne français.

Tous ceux qui pratiquent plus ou moins régulièrement cette activité savent à quel point elle peut être exigeante, même quand on croit avoir les biceps de Stallone. On part à l’aventure en regardant les rochers dormant sous l’eau translucide, on rame, on rame, on s’éloigne… Et quand il s’agit de faire demi-tour, une heure plus tard, le vent s’est levé et le courant est contraire. Rame, rame, rame, rameur, chante Souchon. Sauf qu’ici, c’est pas gai et qu’on a l’impression que les biceps sont en voie de tétanisation tant l’effort est violent.

4.250 euros

C’est pour éviter ce travers que Plasmor a mis au point ce kayak à assistance électrique. Certes, il n’est pas la premier à penser à la motorisation et bien des bricoleurs du dimanche ont déjà adapté des moteurs hors-bord à leur kayak. Mais ici il s’agit d’un moteur in-board, placé juste devant le safran, et que l’on peut monter ou descendre à sa guise. Il est alimenté par une batterie de 480 Wh d’une capacité de une à cinq heures de fonctionnement, selon le degré d’assistance choisi. Les deux éléments sont bien sur escamotables et on peut retirer facilement le moteur et la batterie pour véhiculer le kayak dont le poids est de 25 kilos à vide pour monter à 38 kgs lorsqu’il est entièrement équipé. Son prix : 4.250 euros.

Comme pour le vélo électrique, c’est le kayak facile et sans contrainte avec assurance-retour, du moins si on n’a pas mis la batterie à plat en n’en fichant pas une rame pendant des heures. Alors si cet été, le long d’un golfe clair breton, vous êtes dépassé par un kayakiste allant aussi vite qu’Obelix quand il pousse le bateau des pirates, ne le regardez pas d’un œil envieux : il est simplement sous assistance Plasmor !

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider