Tatr

Polder de Brest. Bientôt 250 emplois ?

 

La création du parc éolien marin de Saint-Brieuc tient cap et délais. Malgré les recours, dont un dernier devant le conseil d’Etat qui doit rendre sa décision au premier semestre 2020, Ailes Marines, le consortium qui pilote le projet, se veut optimiste. Ses représentants l’ont redit lundi 20 janvier à Saint-Brieuc devant la presse : le planning est confirmé avec un début de la phase d’installation en 2021 et un démarrage d’activité en 2023.

Si le projet, évalué à 2,2 milliards d’euros voit le jour, les 62 éoliennes fourniront de quoi alimenter en électricité 835 000 habitants (chauffage compris). Cela représentera 9 % de la production électrique en Bretagne. A quelques kilomètres de là, à Brest, on en connaît qui se frotte les mains, tout en soufflant un bon coup : la région Bretagne et les collectivités locales qui ont investi plus de 220 millions d’euros pour sortir de l’eau un polder dédié aux énergies maritimes renouvelables. Celui-ci tiendrait là sa première usine, et ses premiers emplois.

Deux ans de travail sur le polder

Mais revenons à la case boulot. Ailes Marines a choisi le consortium formé par Navantia et Windar pour construire les fondations des éoliennes, les jackets.  Le duo s’est déjà distingué en Grande-Bretagne et en Allemagne sur un projet quasi identique à celui de la baie de Saint-Brieuc. Montant du contrat : 170 millions d’euros. Pour Brest, ce sont 250 emplois équivalent temps plein assurés pendant deux ans (principalement des soudeurs, oxycoupeurs et échafaudeurs). Une partie des fondations des éoliennes y seront fabriquées et assemblées. Précisément, les jambes et les croisillons pour 34 fondations et la partie basse pour les 62 éoliennes.
Une usine va voir le jour sur le polder. Elle pourrait accompagner l’émergence d’une nouvelle filière si les EMR se développent.Il sera également fait appel à la sous-traitance. Le consortium Navantia /windwar va lancer ses appels d’offre avec un choix pour le milieu de l’année.

 

Julien Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider