vierge

Plouguerneau. Un gîte pour la nuit au phare de l’Ile-Vierge

C’est à la fois grisant et un peu effrayant ! La vie des gardiens de phares en mer a toujours fasciné, tant l’homme est ici dans la plus profonde solitude face aux éléments souvent déchaînés. Séjourner sur un phare en mer, ce n’est pas encore au programme, sauf si vous êtes ministre et avez la chance de vous faire déposer discrètement sur un phare en mer d’Iroise tout juste désarmé, comme le fit un ministre il y une vingtaine d’années.

En revanche, séjourner dans un phare à terre, c’est déjà possible et cela le sera plus encore avec le chantier de rénovation qui vient de s’ouvrir au phare de l’Ile-Vierge, à Plouguerneau, sur la côte du Finistère-Nord. Ce phare emblématique, le plus haut d’Europe, se trouve sur une île, très près de la côte. On y accède en bateau, par une jetée qu’empruntent déjà plus de 10.000 visiteurs par an pour visiter le phare. Mais ils ne peuvent s’en éloigner beaucoup puisque le site est classé Natura 2000 avec un périmètre protégé, interdit d’accès.

L’État propriétaire

Ce chantier d’envergure, estimé à 4,4 millions d’euros, va concerner la réfection de la jetée où accostent les bateaux. Ses vieilles pierres ont besoin de quelques soins. En second lieu, une longère va être aménagée pour accueillir tous les visiteurs du phare et leur offrir une présentation de tout l’historique de ce monument classé et de son mode de fonctionnement, quand les gardiens étaient encore en service.

Mais la principale innovation, c’est la réfection complète de l’ancien petit phare, situé au pied du grand, qui va devenir un gite où pourront séjourner dix personnes, tout au long de l’année. Un habitat insolite dans un lieu emblématique : la demande ne devraient pas manquer pour ces nuits au pied du phare.

C’est l’État, propriétaire de l’île et du phare qui couvrira 70 % du montant des travaux mais le bénéfice sera surtout pour les collectivités locales qui, à partir de 2020, espèrent attirer 20.000 visiteurs par an (13.000 actuellement) sur ce site emblématique du Nord-Finistère.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider