Place du vélo. La Bretagne dans le peloton de tête

A fond sur l’écologie ! La campagne des municipales bat des records d’adhésion aux thèses écologiques. Toutes les listes ou presque y font référence, tant cette thématique s’est imposée dans les priorités de l’époque, sans toutefois parvenir à devenir véritablement audible. Le mouvement des gilets jaunes puis la grogne contre la réforme des retraites ont tellement cannibalisé l’actualité hexagonale que le reste a du mal à surnager.

Dans ce contexte, pas simple de venir mettre la place du vélo au coeur des débats des municipales. C’est pourtant la mission que s’est donnée la Fédération des usagers de la bicyclette en publiant une vaste enquête sur le sujet, fruit d’une consultation à laquelle ont participé près de 200.000 contributeurs. Ce qui en ressort ? Que la culture du vélo n’est pas vraiment dans la mentalité des Français et donc pas vraiment dans celle des élus. Il reste encore beaucoup à faire pour que ce thème devienne prioritaire même si 40 % des contributeurs notent qu’il y a eu un amélioration ces dernières années dans leur secteur géographique.

Mais globalement, ils dénoncent un manque de cohérence dans la politique du vélo et une insuffisance encore criante de voies séparées de la circulation automobile, celles qui assurent la meilleure sécurité. Une préoccupation essentielle dans ce domaine à en croire toutes les données recueillies par la Fédération, il y aurait actuellement 400.000 points noirs en France. Cela donne une idée du chantier !

Dans le tour de France des régions, la Bretagne est plutôt dans le peloton de tête. La région de Bernard Hinault aime le cyclisme et elle est peut-être un peu plus sensibilisée que d’autres. Ainsi, la Fédération a établi un classement national dans cinq catégories en fonction des strates de population. Dans les villes de moins de 20.000 habitants, c’est Saint-Lunaire (Ille et Vilaine) qui décroche le pompon national devant Sené (Morbihan). Beau doublé. Dans la catégorie des plus grandes villes, Rennes et Nantes sont sur le podium derrière Strasbourg. Quatre places sur le podium sur les quinze de ce palmarès (5 x 3), la Bretagne fait plutôt bonne figure, même s’il est probable que ce classement pourra surprendre certains cyclistes circulant à Rennes…

Mais il n’ y a pas de véritable géographie régionale dans la place du vélo. Pour preuve : les trois villes considérées comme les plus engagées dans ce domaine sont Strasbourg, Grenoble et La Rochelle. Pas vraiment proches les unes des autres. Preuve que le vélo n’est pas représentatif d’une culture régionale mais dépend des efforts engagés localement par les maires et leur majorité.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider