penn

Penn ar Box : Happy BoxDay !

Penn ar Box a un an ! La jeune boite, qui envoie ses box pleines de produits alimentaires bretons dans le monde entier,  est en pleine croissance. Ses colis s’arrachent, en France, à l’étranger mais également en Bretagne. Retour sur une succes-storik 100 % BZH.

Vous vous êtes déjà retrouvé en situation de breizhoglycémie, le corps trémulant qui réclame dûment sa dose de rillettes de sardines, de pâté Hénaff ou de palets bretons ? Le tout alors que vous vous trouvez à mille lieux du premier dealer de produits made in BZH ?

Alors vous savez ce qu’ont ressenti Loiz et Julien, lorsque les deux vaquaient à leurs  affaires, le premier à Cardiff  pour ses études, l’autre  à Miami pour une année de césure certainement agréable, sauf du point de vue de vue gastronomique. Les deux se réveillaient alors en sueur la nuit, entre deux rêves de kouign amann, et allumaient des cierges en attendant l’arrivée prochaine des cartons de produits bretons que leurs parents attentifs leur expédiaient régulièrement.

Penn ar Box née à Brest

Réunis plus tard sur les bancs de la Brest Business School, les deux compères ont partagé des souvenirs pénibles et sont vite arrivés à la conclusion que plus jamais ça, ni pour eux, ni pour aucun autre amateur de gastronomie bretonne. Penn ar Box venait de naître.

Campagne de crowdfunding glorieuse sur Kengo (7500 euros attendus, 11 000 récoltés au final), soutien de la région Bretagne, du Crédit Agricole et de France Active (association d’aide à la création d’entreprise),  le colis a été ficelé et lancé fissa. Installé depuis mai 2015 dans l’incubateur Produit en Bretagne Brest Business School, il travaille avec l’ESAT les Genêts d’Or qui s’occupe du triptyque logistique : réception-empaquetage-envoi. Une organisation déjà sacrément r(i)odée donc.

De la vie et du plaisir

Les résultats ne se sont pas fait attendre : alors que Julien et Loiz escomptaient expédier 1200 colis la première année, ils ont dépassé les 4000. Les commandes affluent de partout, à croire que le breton est également nutritionnellement têtu. Ou alors, c’est la qualité des colis qui prévaut.

Deux formules sont à disposition : La Plij Box (la box du plaisir en breton) qui change tous les mois et qui se compose de six produits (huile d’olive marine, chips de blé noir, moutarde à l’ancienne aux algues…) venant de six artisans de la Bretagne historique. Des produits qui ne sont pas référencés en grande surface. « A ce jour, nous avons 85 partenaires » explique Julien. « Et une trentaine de nouveaux sont dans les tuyaux. »

La Buhez box (box de la vie) quant à elle est fixe et se composée de dix produits phares estampillés Produit en Bretagne : pâté et rillettes, sardines, crêpes, palets bretons, cidre. Penn ar Box propose également ponctuellement des box pour la fête des pères, des mères, Pâques et même un calendrier de l’avent à base de bières, histoire de prendre son malt en patience avant Noël.

Evidemment, nos deux amis goutent chaque produit proposé. Les critères sont quatre, comme les doigts de la main d’Homer Simpson. « Le produit doit être bon, gourmand, innovant et surprenant » insiste Loïz.

La plij ne fait pas un pli

Au palmarès des box les plus vendues, cela ne fait pas un pli, c’est la Plij qui cartonne le plus (9 box vendues sur 10). Et pour la répartition géographique, c’est Paris qui tient la corde avec 24 %, devant l’étranger 18 % (22 pays) et la Bretagne (18 %, preuve que les deux loustics ont réussi à dénicher des produits rares). Le reste se répartit en France.

Le succès de Penn ar Box fait en tout cas des émules. Dans le Nord, on commence à s’intéresser au concept des box. Le Pays Basque pourrait aussi emboîter le pas. On leur souhaite autant de succès qu’aux deux Bretons qui, après avoir récolté plusieurs prix récompensant ce beau projet, ont de nouveau rempli l’armoire à trophées mercredi 5 octobre  en ramenant de Paris  le prix Jeune Entrepreneur Territoire de l’année 2016…

 

Offrez un colis à Penn ar Box pour son anniversaire

Loïz et Julien, las de tant d’envois, font appel à leur communauté. Pour leur premier anniversaire, ils aimeraient que les rôles soient inversés et qu’à leur tour, ils puissent goûter au plaisir de recevoir des colis. On leur donne du plij ?

Julien Perez
1 Commentaire
  1. le voguer pascaline

    Bravo! sentiment partagé, les produits nous manquent toujours peu importe l’endroit où on demeure.

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider