palam

Palam : chupen et boulon de 32 !

La Bretagne, c’est bien connu, est historiquement une terre de labeur. Ce que l’on sait moins, c’est que cette culture ancestrale inspire la jeunesse d’aujourd’hui. Ainsi, la société de textile Palam, située à Brest, a décidé de se tourner vers le « Workwear », le vêtement de travail, sans pour autant imposer le bleu de travail en soirée, rassurez-vous. Explications.

Pour Palam, si l’esthétique des lignes de vêtements est essentielle, la solidité de l’habit l’est tout autant. Sylvain Le Bihan, le gérant, et son associé Nicolas Pronost ont donc vêtu leur chupen et se sont mis à la tâche pour créer des séries limitées et exclusives, aux lignes « laborieuses » revendiquées…

Palam crée du travail en Bretagne

Ne cherchez pas une origine bretonne au nom Palam. L’inspiration vient du latin (l’accusatif en –am, revoyez vos classiques…), avec une « étymologie riche de sens, car il signifie « de manière franche et sans détour », ce qui somme toute est très Breton ! », comme le souligne son créateur.

Depuis 2013, la maison propose des collections pour homme et femme, le tout confectionné pour l’essentiel en Côte d’Armor, Morbihan et Ille-et-Vilaine. Mais ne leur demandez pas quelles sont les manufactures qui les produisent : « Nous avons mis près de trois ans à trouver et sélectionner des fournisseurs à la hauteur de nos attentes. Donner la liste serait quasiment comme révéler notre secret de fabrication ».

Paradoxalement, l’objectif reste bel et bien de faire vivre ces entreprises, afin qu’elles ne disparaissent pas du paysage économique local. C’est pourquoi les séries sont limitées, ce qui entretient l’intérêt pour la marque.

Une ligne classique et audacieuse qui s’exporte bien

L’ADN de la maison Palam peut se résumer en trois principes fondamentaux. Produire en Bretagne bien sûr, mais aussi s’inscrire dans le temps et être reconnu pour la qualité et le confort de ses vêtements. Et ce savant mélange d’audace et de classicisme revisité permet à la société de se positionner de façon unique, et de profiter d’une liberté dans ses créations.

Les ventes de Palam se font à 20% sur le web et 80% en boutiques, le but étant de parvenir à 100% en boutiques assez rapidement. Aujourd’hui, l’entreprise dispose de 12 revendeurs : Brest, Quimper et Morlaix pour le Finistère ainsi que Mulhouse, Angers, Montpellier et Luxembourg pour les voyageurs. La marque sera disponible à Paris dès janvier et, dernièrement, un contrat a été signé avec un distributeur à Tokyo !

Associé à un brasseur brestois pour Noël

Pour les fêtes, Palam et la brasserie du Baril de Brest se sont associés pour concocter le pack « Boulon de 32 », composé d’un bonnet en maille (tricoté en Bretagne) et d’une bière bio et artisanale de 75cl ! Cette série limitée à 100 exemplaires tient son nom d’une expression bien brestoise. Les ouvriers de l’Arsenal avaient pour habitude d’aller chercher une bouteille de 32cm, contenant généralement du vin ou divers breuvages locaux.

Partis de cette tradition et voulant privilégier le circuit-court, les deux entreprises se sont mises en quête d’un contenant de 32cm, contrairement à la norme actuelle. Du coup, « la bouteille elle-même a été spécialement commandée et, contrairement aux 26 cm des bouteilles de bière classiques, la nôtre affiche bien les 32 cm règlementaires ! », rappelle Sylvain Le Bihan avec malice. Une belle occasion de faire revivre la fameuse expression blanc boulon et bonnet blanc.

François Alaouret
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider