Photo Agriculture.gouv

Photo Agriculture.gouv

Nitrates. La Bretagne se réhydrate

Mais qu’y-a-t-il dans votre verre de lait matinal ? Près de 2000 molécules, dont la principale est notre bonne vieille H2O : il faut 10 litres de ce précieux liquide pour 1 litre de lait, autant dire que sa qualité est primordiale. Un sujet sensible en Bretagne. Le point sur la qualité des eaux de la région et le partenariat-pilote lancé par Even et ses 1.500 producteurs laitiers.

Nitrates en baisse

C’est un chiffre encourageant pour la Bretagne : la région enregistre, pour l’année 2015, le plus bas niveau de nitrates depuis 20 ans, soit 33,57 mg/l, en dessous des 50 mg/l des réglementations en cours. Pour rappel, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne avait tout bonnement classé la Bretagne comme la mauvaise élève de son secteur en 2004, avec seulement 20% des masses d’eau en bon état. Elle atteint aujourd’hui les 37% et est classée 2e sur les 7 territoires couverts par l’Agence. L’ambition est désormais d’atteindre la barre des 69% de bonnes eaux de surface, un objectif fixé pour 2021 par la directive européenne sur l’eau. Après 740 M€ de travaux qui portent encore leurs fruits, le nouveau programme de 750 M€ déployé en 2014, dont le tiers pour l’agriculture, rend cet objectif quasi accessible.

1.500 producteurs engagés

Du côté du groupe Even, un partenariat pilote a été signé en ce début d’année avec l’Agence de l’eau Loire-Bretagne : 16 millions vont être investis dans les 3 prochaines années, dont 1/3 par l’agence publique, pour consolider les meilleures pratiques agricoles. Et l’enjeu est de taille : sur les quelques 1500 producteurs laitiers du groupe coopératif breton, près de 400 travaillent dans les fameux bassins-versants à algues vertes.

Dans le cas d’Even, cette enveloppe devrait permettre de renforcer la performance des exploitations en mettant de nouvelles méthodes à l’honneur. On parle par exemple d’agriculture de précision : survol de drones dans les champs, GPS, cartographie des parcelles à risques… Les effluents d’élevage peuvent également être considérablement réduits en équilibrant les rations alimentaires des animaux. Limiter le recours aux médicaments et mieux recycler les eaux industrielles font aussi partie de ces bonnes pratiques qui comptent de plus en plus d’adeptes et cassent l’image d’une Bretagne arrosée aux nitrates.

Fanny Degorce
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider