Navale civile : imprimer ses pièces de rechange en 3D

Remplacer ses pièces cassées à distance grâce à une imprimante 3D ? Un rêve qui pourrait devenir réalité grâce au rapprochement d’une entreprise de modelage et de l’industrie navale civile.

Prototypes, maquettes et modèles pour l’automobile, l’aéronautique ou la défense : la société SMM Technologies, basée au Hézo dans le Golfe du Morbihan, fabrique des pièces en matériaux composites. C’est pour bénéficier d’un plus grand espace de travail et pour s’ouvrir sur la mer que l’entreprise s’est aussi installée à Lanester en début d’année. Partenaire du plateau technique ComposiTic de l’Université de Bretagne-Sud et branchée par les EMR (énergies marines renouvelables), SMM se rapproche aussi de l’industrie navale civile. SMM Technologies a d’ailleurs rejoint l’interprofession du port de Lorient qui fédère les entreprises de la construction et de la réparation navale.

Un intérêt réciproque qui lie la navale civile, demandeuse de solutions technologiques, et l’entreprise de modelage qui a notamment investi dans une grande imprimante 3D de 400 000 €. Grâce à l’imprimante, un moule de pièce, habituellement fabriqué en trois semaines, sera réalisé en quatre jours. Un gain de temps considérable qui dessine l’avenir de la construction navale. A terme, on peut imaginer envoyer par mail le plan de la pièce et la faire fabriquer en quelques jours, voire quelques heures. Avec des matériaux plus légers et plus solides, le tout plus vite et moins cher.

Anne-Laure Jaouen
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider