saint malo

Nautisme. La filière bretonne retrouve des vents porteurs

Un chiffre d’affaire en hausse globale de 11%, des immatriculations, dans le neuf comme dans l’occasion, en augmentation bien plus sensible qu’au niveau national… La filière nautique bretonne vit une bonne année.

Le salon nautique de Paris s’est ouvert sous de bons auspices, cette année, puisque la tendance est revenue dans le vert pour la filière nautique française après quelques années de conjoncture morose. Dans un contexte porteur, les indicateurs bretons sont encore mieux orientés que la moyenne française. Au total, selon les résultats annoncés par Bretagne-Développement innovation, la filière bretonne a produit un chiffre d’affaire global de 770 millions d’euros en 2014, en hausse de 11%, niveau de progression qui n’avait pas été enregistré depuis 2011.

1.300 entreprises, 9.000 emplois

Ce chiffre d’affaire recouvre l’ensemble des activités de la filière nautique, c’est à dire les industries et services (75% du CA global), les prestations sportives et loisirs nautiques (22%) et les 80 ports de plaisance (3%) qui totalisent 78.500 emplacements. Au total, cela représente 1.300 entreprises et 9.000 emplois (respectivement 5.000 et 40.000 pour l’ensemble de la France), la majorité de ces établissements étant situés dans le sud de la région dans des petites structures puisque quatre entreprises sur cinq comptent moins de 10 salariés. Cette typologie de petites unités explique d’ailleurs la raison pour laquelle la Bretagne est faiblement exportatrice : seulement 2,38% des exportations françaises de bateaux alors qu’elle représente environ 25% des entreprises et des effectifs français.

Immatriculations en hausse

A défaut de l’export, c’est sur un marché local dynamique que s’est appuyée la filière bretonne puisque sur l’année 2014-2015, les immatriculations sont en hausse de 7% sur le neuf et 5% sur l’occasion alors que la progression n’est que de 2% en moyenne nationale. Ceci expliquant cela, l’amélioration de l’activité s’est vérifiée dans toutes les catégories : construction, équipementiers, activités de services… Tous les indicateurs sont au vert même si, comme partout, certaines entreprises tirent la langue. Selon une enquête auprès d’elles, 6% se disent dans le rouge alors que 83% annoncent des chiffres d’affaires stables ou en augmentation sur cette période.

Des entreprises distinguées

Parmi les entreprises récompensées ces derniers mois, voici quelques fleurons de la production bretonne :

  • IDB Marine (Trégunc 29) avec le Mojito 888 élu bateau de l’année.
  • Boréal (Minihy-Tréguier 22) avec le voilier Boréal 52, élu bateau européen de l’année au salon de Düsseldorf, catégorie Grande croisière.
  • JPK Composites (Larmor-Plage 56) avec le JPK 10.80, élu bateau européen de l’année à Düsseldorf dans la catégorie « Performance Cruiser ».
  • Chantier Marée Haute (Trégunc 29) avec le Django 9.80 nominé bateau européen de l’année à Düsseldorf.
Julien Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider