Photo Roman / Volvo Ocean Race

Photo Roman / Volvo Ocean Race

Morbihan : Le coeur de la course au large

Lorient Grand Large à la manoeuvre

Lorient Grand Large est une association qui est née pour accompagner le pôle course au large de Lorient : entièrement dédiée aux skippers et à la course, elle gère et organise également les grands événements nautiques du territoire. Installée à Lorient La Base, sur l’ancienne base des sous-marins de Lorient, Lorient Grand Large (LGL) traite aussi bien avec les coureurs de classe mini 6.50 qu’avec les stars du Vendée Globe.

Christian Baudry (Photo Nathalie Caudal)

Christophe Baudry (Photo Nathalie Caudal)

Le site était plus ou moins abandonné depuis le départ de la Marine Nationale en 1995. Une gigantesque presqu’ile recouverte de béton, d’alvéoles pour les sous-marins, de constructions anti-bombe aux proportions pharaoniques, léguées par l’occupant allemand pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Ici s’est joué un enjeu capital pour le territoire : la reconversion de cette ancienne base de sous-marins, considérée jusque-là comme une verrue sur la ville. « Ce sont les coureurs qui ont repéré les premiers ce lieu idéal pour leur entraînement : la base des sous-marins et la rade de Lorient, explique Christophe Baudry, directeur de Lorient Grand Large. Le pôle course au large s’est créé quasiment par génération spontanée.

L’immense espace  a été mis à disposition des skippers par Lorient Agglo, qui, voyant l’intérêt des marins, a développé des structures comme le bâtiment des Défis pour l’America’s Cup en 2000, bâtiment qui héberge aujourd’hui le Groupama Team France de la Coupe de l’America… » C’est aussi sur ce site que se regroupent les petites classes, les mini 6.50 et les Figaro, qui ont fait de Lorient leur base d’entraînement. « Lorient devient un pôle réputé en circuit mini dès 2005 ». On voit pousser les hangars à écuries, comme Banque Populaire et Groupama, tandis qu’une nouvelle génération de coureurs, souvent issus de la classe mini, se tourne vers les IMOCA (60 pieds) et autres classe 40. « Ils ne quittent plus Lorient : c’est là qu’ils ont débuté, et ils trouvent tout ce dont ils ont besoin pour développer leur projet sportif ».

Accompagner les coureurs

C’est sur ce terrain favorable et en plein développement que Lorient Grand Large est créée en 2010 par l’agglomération, avec la volonté de fédérer tous les acteurs de la course au large pour structurer l’activité et la faire connaître. « Notre rôle est de promouvoir le pôle, d’accueillir les grands événements, d’organiser des courses, mais aussi de conseiller les élus sur le sujet ». Unique en son genre, Lorient Grand Large anime la filière Course au Large au plus près des coureurs, « C’est devenu un pôle d’entraînement pour la course, avec un coach qui entraîne aussi bien les 6.50 que les IMOCA. Nous, on complète avec des stages et des formations sur la météo, l’électronique, la nutrition, la gestion du sommeil… Nos stages sont ciblés selon les demandes et les besoins exprimés par les skippers ».

Lorient Grand Large a, par exemple,  organisé une formation de deux jours sur le road book du Vendée Globe  : les moyens d’acquisition de données à bord, la stratégie de navigation avec les outils informatiques. Du sur-mesure. Autre atout de l’association : l’ouverture. Tous les niveaux, toutes les jauges peuvent bénéficier de ses services. « Pro ou amateur, on accueille toute personne qui veut construire un parcours sportif cohérent. On a même des étrangers : Américain, Néo-zélandais, et même des Anglais qui viennent 5 mois l’hiver à Lorient pour se former avec les autres coureurs en Figaro » Une stratégie gagnante car les coureurs qui s’entraînent à Lorient, bien souvent, y installent leur projet sportif. Et chaque projet créé de l’activité économique : des budgets allant de 50 000 € pour un mini 6.50 à 2 M€ par an pour préparer le Vendée Globe…

Lorient : la référence

Le pôle course au large accueille 80 coureurs et 11 écuries professionnelles, avec des bénéfices pour le territoire qui se ressentent au-delà du site : « pour un bateau comme Groupama 4 sur la Volvo Ocean Race, 97 % du projet sportif est réalisé avec des entreprises locales. Lorima pour les mâts à Lorient, Multiplast à Vannes, NKE à Hennebont… Lorient est vraiment devenue la capitale de capture-decran-2016-11-02-a-16-37-44la Sailing Valley » confirme Christophe Baudry. Sans compter les nombreuses entreprises et activités qui gravitent autour du nautisme et qui se sont installées à Lorient la Base : l’innovation autour de la mer comme les biomatériaux et les bio composites, l’Ifremer, 727 Sailbags, les équipements touristiques comme les espaces muséographiques (Cité de la Voile, Sous-marin Flore, musée sous-marin)… Et ces mêmes entreprises développent des marchés extérieurs à la course comme dans l’aéronautique et l’éolien pour les composites, la plaisance pour les constructeurs de pièces et de bateaux.

La filière course au large est devenu un accélérateur économique et un atout attractif pour le territoire : un cercle vertueux. « Aujourd’hui, sur toutes les grandes courses au large, un tiers des coureurs viennent de Lorient. 11 des skippers du Vendée Globe sont Lorientais… On est le premier Pôle course au Large en Europe ». En 2013, 316 emplois ont été générés par la Course au large à Lorient. Et la ville a accueilli une dizaine de courses nautiques, dont deux éditions de la Volvo Ocean Race, le Tour de France à la Voile, la Solitaire du Figaro. « On a placé Lorient sur la carte du monde avec la Volvo Ocean Race. Les coureurs néozélandais nous envient nos infrastructures. On en arrive à comparer Lorient à Auckland ! »

Anne-Laure Jaouen

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider