renault-fonderie-bretagne

La Fonderie de Bretagne dans le Morbihan.

Morbihan. La fonderie de Caudan ne fermera pas

 

Explosion de joie et embrassades, hier matin, devant le sous-préfecture de Lorient. Plus de 200 employés de la Fonderie de Bretagne de Caudan (56) attendaient fébrilement la fin du comité social extraordinaire (CSE) qui se tenait derrière les grilles de la sous-préfecture.

Et quand la délégation du personnel est ressortie, chacun a retenu son souffle mais Maël Le Goff, le délégué CGT, n’a pas prolongé plus longtemps ce suspens douloureux. « Il n’y a pas de fermeture de l’usine et pas de repreneurs ». Les applaudissements nourris qui ont accompagné ces quelques mots étaient à la mesure des inquiétudes des 380 salariés du site. Tous n’avaient pas fait le déplacement, trouvant ces dix jours d’attente insoutenables et redoutant un verdict qui semblait presque inéluctable.

La direction de Renault, dont dépend le site, avait annoncé la veille son plan d’économie de 2 milliards d’euros, entraînant la suppression de 15.000 postes dans le monde dont 4.600 en France. Avec, parmi les sites menacés de fermeture, l’usine de Caudan spécialisée dans la fourniture de pièces de sécurité pour les moteurs et les boîtes de vitesses des véhicules Renault.

Reprise d’activité mardi à Caudan

On imagine sans peine la joie des salariés quand Maël le Goff a annoncé qu’il n’y aurait pas de fermeture et pas de licenciements, en précisant toutefois que l’usine allait devoir monter un projet de restructuration et de diversification. Ce que Laurent Galmard, PDG de la Fonderie, confirmera quelques minutes plus tard. « Nous devons diversifier nos productions ». Peu de temps après, c’est le groupe Renault qui annonçait le lancement d’une « étude stratégique avec les partenaires sociaux » visant à renforcer l’activité du site.

Persuadés que « la mobilisation a payé », mais conscients aussi que cette annonce ne constitue peut-être qu’un sursis dans cette multinationale qui traverse une mauvaise passe, les employés sont rentrés rassurés chez eux en se donnant rendez-vous mardi, jour de la reprise des activités.

Julien Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider