bbbb

Mondial. Le tourisme breton s’en tire bien

Les périodes de Mondial de foot peuvent avoir une mauvaise, voire très mauvaise influence sur le tourisme breton. Le pire exemple à ce jour est celui de 2006 où l’Allemagne organisait la Coupe du monde de football chez elle . Elle avait été battue en demi-finale mais les Allemands étaient restés outre-Rhin jusqu’au bout de cette compétition à domicile et pour certains professionnels bretons du tourisme, le chiffre d’affaires avait chuté de 30 % sur cette période, par rapport à l’année précédente.

Les Allemands, qui se déplacent en masse à l’étranger durant leurs vacances, sont les principaux pourvoyeurs du tourisme européen, conjuguant le plus fort effectif et le plus fort pouvoir d’achat du continent. Mais cette fois, c’est l’inverse qui s’est produit. En se faisant éliminer dès le premier tour, à la surprise générale, la Mannschaft a prématurément éteint les lampions et annulé la plupart des manifestations prévues dans le pays, au nom du principe que si elle ne gagne pas à chaque fois, elle figure à coup sûr dans le carré final. Cette fois, elle a coulé avant l’heure, donnant envie à de nombreux Allemands de déserter pour partir au plus vite sous d’autres cieux.

Le début de saison est donc meilleur que prévu en Bretagne, du moins dans les secteurs qui accueillent de nombreux touristes d’Outre-Rhin, notamment le Sud-Finistère dopé par les désormais célèbres aventures du commissaires Dupin. Le succès considérable de cette série en Allemagne agit comme un aspirateur à touristes, au bénéfice de la côte sud de la pointe bretonne.

Les restaurants à la bonne heure

Le Mondial a aussi fait le bonheur des cafetiers qui, dans leur quasi-unanimité, ont installé des téléviseurs pour improviser des petites fan-zones couvertes. Jamais on n’avait vu autant de bistrots retransmettre les matchs et ils n’ont pas eu à le regretter tant les fans de foot, qu’ils soient Bretons ou touristes, ont profité de ces jours magnifiquement ensoleillés pour sortir de leur salon et rechercher la joyeuse convivialité estivale sur les terrasses de bistrots diffusant les matchs.

Mais ceux qui ont le plus à se féliciter de la configuration de ce Mondial, ce sont les restaurateurs. Par les vertus d’un décalage horaire très favorable, pratiquement tous les matchs de l’équipe de France ont eu lieu dans l’après-midi, à l’exception du très stressant match contre la Belgique. Les restaurants ont donc beaucoup moins souffert que lors de certains mondiaux de foot où les matchs les plus suivis tombaient à 20 ou 21 h. Ils s’en sont très bien tirés, d’autant que de nos jours ils ne peuvent plus beaucoup compter, comme jadis, sur les copines qui vont au resto pendant que leur jules sont devant le foot à la télé. Maintenant, les femmes, elles aussi, sont devenues accros au foot et préfèrent Mbappé au magret et Giroud au tiramisu.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider