molkky

Le mölkky séduit les Bretons

Les Bretons sont depuis longtemps attirés par les jeux de lancers. Que ce soit la pierre ou le tronc d’arbre dans les compétitions de gouren, que ce soit les palets ou les boules, voire même le lancer de bourriches ou le cracher de bigorneau, l’homo armoricanus cherche toujours à montrer sa force ou sa précision. Et c’est donc en toute logique que les Bretons ont été attirés par le mölkky, ce drôle de jeu de quilles finlandais, créé il y a une vingtaine d’années. Sur les plages bretonnes, cet été, ou à l’ombre des terrains de jeu, on a vu fleurir les petites quilles pour des compétitions animées.

Mais la surprise est surtout venu du choix de la commune du Rheu, près de Rennes pour l’organisation du championnat du monde 2016 alors que cette compétition s’était toujours déroulée en Finlande jusqu’à présent. Pas moins de 1200 joueurs (par équipes de quatre) ont fait le déplacement pour ce Mondial, les Français étant bien sûr en nombre. Mais on comptait aussi des équipes de plusieurs pays de la communauté européenne ainsi que du Canada, du Bénin, de Turquie, de Finlande bien sûr, et même du Japon avec la présence d’une formation qui avait déjà fait le déplacement en Finlande pour l’édition 2015. La loi du nombre a prévalu : ce sont trois équipes françaises qui ont pris les trois premières places, une formation finlandaise restant au pied du podium après avoir été battue en demi-finale.

50 pile !

Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce jeu, il consiste à placer douze quilles, confectionnées en bouleau finlandais, à une distance de trois-quatre mètres. Mais il ne s’agit pas de les dézinguer bêtement. Non, le mölkky est bien plus subtil que cela. Chaque quille est numérotée de 1 à 12 et le jeu consiste à atteindre 50. Pile poil. Pas un de plus pas un de moins. Quand on abat une quille, avec un bâton spécial en bois, on marque sa valeur numérique. Mais si on en abat plusieurs, c’est le nombre de quilles renversées qui est pris en compte. Et ainsi de suite jusqu’à arriver à 50 tout ronds. Mais attention, si on fait 51 ou plus, on retombe à 25. Autant dire que le möllky, c’est comme le tennis. On peut assister à de spectaculaires retournement de situation tant que le dernier point n’est pas marqué. Alors à vous de jouer…

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider