Un champignon tentaculaire et des spores qui se propagent

Sommaire

En consommant le bois, ce champignon lignivore et tentaculaire le rend friable. Il s’incruste dans les maçonneries jusqu’à contaminer la maison toute entière. Selon Mickaël Godet, co-dirigeant de l’entreprise BZH Qualité, » toute la maison peut être contaminée mais le champignon préfère des endroits confinés et obscurs tels que les caves ou les planchers en contact avec le sol et les charpentes, ou encore les espaces entre les murs et les cloisons ».

Spécialisée en traitement mérule, BZH Qualité indique avoir eu le cas de maisons infestées par la mérule à cause de vieux livres stockés dans une cave à Quimperlé et Ergué-Gabéric. A Audierne et Plouhinec, le montant des travaux excédait 50000 € pour des infiltrations d’eau entre le mur et la cloison. « En termes de devis, la fourchette s’étend de 200€ à 200 000€. Le traitement, ce n’est pas ce qui coûte cher. Ce sont la déconstruction et la reconstruction du bien qui peuvent atteindre des sommes pharaoniques. »

L’an dernier, sa société a réalisé 23 chantiers mérule dans un département où, dixit Mickaël Godet, presque aucune ville n’est épargnée. « Dans le Finistère, on estime à une sur cinq le nombre de maisons qui sont ou seront concernées par la mérule dans les très prochaines années », indique-t-il avant de se laisser aller à des pronostics un cran plus pessimistes: « L’hyper-étanchéité des constructions actuelles, du fait d’enduits béton et de systèmes de pare-vapeur par dessus les isolants, va incontestablement aggraver la situation à 20 ans. »

Selon le site humidite-expert.fr, « l’enlèvement de la fructification de la mérule ne suffit pas à arrêter le mal. Les spores et les fils de la moisissure doivent également être détruits. Si les spores se trouvent aussi sur des meubles ou des vêtements, il est possible que la moisissure revienne plus tard ». D’où la nécessité de faire appel à un maître de l’art certifié pour traquer les mérules de fond en comble : le feu pour un traitement de surface, la chimie pour les murs, voire la dépose et la repose des parties infestées.

Manon Motir
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider