crepes

La meilleure crêpière sublime les fruits de mer

L’avocat Gilbert Collard, qui a récemment moqué le métier de crêpier, aurait du venir à Aucaleuc. Au centre de formation de cette commune costarmoricaine, il aurait pu assister lundi au championnat de Bretagne du meilleur crêpier, organisé par la Fédération bretonne de la crêperie. Et il lui aurait fallu reconnaître que cette spécialité est devenue une véritable composante de la cuisine hexagonale. Car ce sont désormais de véritables plats gastronomiques qui sont préparés, avec des ingrédients nobles et des présentations dignes des meilleurs tables.

A ce jeu là, c’est Catherine Beuzit qui s’est imposée pour le titre 2017. La patronne de la crêperie Mad’moiselle à Plougasnou (Finistère) a fait preuve d’audace et d’inventivité avec la palette d’ingrédients retenue cette année, qui faisait la part belle aux fruits de mer. Elle les a déclinés en plusieurs recettes et sa crêpe de saint-jacques, accompagnée de poire et d’une pointe de vanille a fait la différence en offrant un plat original et très goûté. Sa crêpe au crumble de blé noir avec une crème fouettée au pommeau n’est pas non plus passé inaperçue.

L’inventive crêpière finistérienne n’en est pas à son coup d’essai. Adepte des concours qui permettent de se confronter et de faire progresser cette spécialité culinaire, elle a déjà été plusieurs fois récompensée pour son inventivité et son raffinement. Entre autre pour son Triskell, une crêpe au chocolat, caramel maison et chantilly. A côté de ça, le kouign-amann c’est du pain sec.

Maxence Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider