eeee

Le Loto du patrimoine pour le père de Bécassine

La première édition du Loto du patrimoine a été un succès. En participant plus massivement que prévu, les Français ont prouvé leur attachement aux vieilles pierres qui font la particularité historique de la France, bien que les projets soutenus n’aient pas concerné de monuments de premier plan. Ce sont plutôt des sites un peu méconnus et donc peu soutenus financièrement qui ont bénéficié des bonnes grâces de Stephane Bern et de la Mission Patrimoine.

La seconde édition qui vient d’être lancée est du même tonneau et les quatre sites retenus en Bretagne témoignent qu’on vient au secours de monuments situés un peu en dehors des sentiers battus. C’est le cas pour la Maison Pinchon de Landéda (Nord-Finistère), un nom dont la notoriété est encore assez confidentielle. La maison en question est une aîle de l’Abbaye aux Anges, construite au XVIe siècle et qui tire son nom de Porphyre-Hippolithe Pinchon, père de la célèbre Bécassine. Le dessinateur s’installa dans une des ailes de cette ancienne abbaye, dans les années 30, où il peignit les poutres ainsi qu’une grande fresque. Le loto aidera à restaurer la couverture et la charpente du bâtiment, très dégradées, pour une ouverture future au public.

Gare, couvent, et pont

Trois autres sites bretons sont également inscrits au programme de cette deuxième édition.

– La gare de Brélidy à Plouëc-du-Trieux (Côtes-d’Armor) première gare construite en 1890 pour le compte de la Compagnie des chemins de Fer bretons dont les trains circulaient sur des voies métriques, plus étroites que les voies standard. Cette compagnie qui devint plus tard le Réseau breton (avec Carhaix comme point central) est un exemple unique en France continentale de compagnie régionale qui continua à exister après la création de la SNCF. Cette gare, plusieurs fois utilisée pour des tournages, va faire l’objet d’une restauration de ses bâtiments annexes, avec notamment une petite salle de spectacle dans l’ancienne halle à marchandises.

– L’ancien couvent des Carmélites à Ploërmel (Morbihan) doit faire l’objet d’une réhabilitation à des fins culturelles. Datant du XVII e siècle et propriété de la ville depuis 1996, l’ancien couvent qui devint collège après la Révolution, a été victime d’un incendie en 2006.

– Le Pont médiéval du Couesnon (Ille-et-Vilaine) à Val-Couesnon (Ille-et-Vilaine) est édifié sur un site de traversée utilisée déjà à l’époque gallo-romaine. Chargé d’histoire et lieu d’un célèbre affrontement entre Vendéens et Républicains en 1793, il souffre d’une dégradation de sa maçonnerie qui nécessite d’importants travaux.

Ces quatre témoignent de la diversité des choix opérés par la Mission Patrimoine.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider