peche-dossier

Lorient. Les pêcheurs investissent dans des bateaux neufs avec A2G Morbihan

Au port de pêche de Keroman à Lorient, les affaires tournent bien mais les bateaux s’essoufflent : la flottille dépasse les 25 ans de moyenne d’âge, certains bateaux sont plus vieux que leurs patrons.

C’est pour enrayer ce vieillissement que le GPAL, groupement de Gestion des Pêcheurs Artisans de Lorient, a créé une nouvelle structure : l’Armement du Golfe de Gascogne Morbihan (A2G Morbihan). A2G Morbihan, soutenue par les collectivités et les acteurs de la filière pêche, est une SCA (Société Commandite par Actions) qui propose un fonds d’investissement aux patrons pêcheurs.

C’est elle qui va les aider à investir dans du neuf, un effort très conséquent pour les pêcheurs quand on sait que la construction d’un chalutier coûte plus de 100 000 € le mètre.

Des bateaux moins gourmands en énergie

Concrètement, pour chaque projet de construction, A2G Morbihan achète une part du bateau avec le porteur de projet. Elle se rembourse à hauteur de son investissement de départ sur l’exploitation du bateau. Le pêcheur peut à tout moment racheter tout ou partie des parts détenues par A2G Morbihan.

Au final, cette solution permet aux pêcheurs d’être soutenu dans leur investissement, et à terme de renouveler la flottille avec des bateaux plus performants, moins gourmand en énergie, qui valorisent mieux les produits et avec plus de confort et de sécurité pour l’équipage.

Breizh, le tout premier

Le premier bon de commande a déjà été signé avec Jean-Pierre Camenen, 45 ans, patron du Breizh : il se lance dans la construction d’un chalutier de 16,50 mètres pour un montant global de 1,9 M€. L’investissement se répartit à 70% pour le patron pêcheur et à 30% pour A2G Morbihan.

Trois autres projets sont à l’étude, de quoi encourager toute la filière à soutenir une activité en plein développement dans le premier port français en valeur.

+ d’infos : A2G Morbihan 02 97 37 02 78

Chiffres clés du port de Lorient :

  • 26 650 tonnes de produits issus de la pêche responsable vendues sous criée pour
  • 75 600 millions d’euros en 2014
  • 130 navires dont 110 côtiers et 20 hauturiers
  • 620 marins
Anne-Laure Jaouen
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider