bateau

Lorient. Deux corvettes pour les Emirats

La visite d’Emmanuel Macron dans les Emirats arabes unis aura eu une heureuse incidence pour le chantier lorientais de Naval Group, le nouveau nom de l’ex-DCNS. Alors que le plan de charge du site avait tendance à décliner, l’entourage du Président a annoncé la commande, par les Emirats, de deux corvettes de type Gowind 2500, fleuron de la production lorientaise.

Cette annonce redonne de bonnes perspectives sur les quais lorientais où cette commande tombe à pic, avec de probables prolongements sur le chantier proche de Lanester (commun à Naval Group et Piriou) qui pourrait bénéficier de quelques retombées. Certes le contrat n’est pas encore officiellement signé mais telle qu’en a été faite l’annonce, la concrétisation ne devrait pas tarder, les Emirats ayant également pris une option sur deux autres corvettes.

L’annonce de ce contrat d’armement a aussitôt entrainé des commentaires sur les relations de la France avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, dont la stratégie politique et militaire est parfois d’une ambiguité toute byzantine. Sauf qu’il ne faut pas se tromper de destinataires. Les sept Emirats arabes ne relèvent d’aucun de ces deux pays. Connus surtout pour les deux principaux Emirats de Dubaï et Abu-Dhabi, ils ont même parfois eu des relations frontalières un peu compliquées avec l’Arabie Saoudite. Et tiennent farouchement à leur autonomie.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider