maxoubidou

L’œuvre du marin breton : la mer solidaire

L’Almanac’h du marin breton, vous connaissez ? Et l’œuvre du marin breton ? Si le premier nommé est connu pour être la bible du marin, le second n’a pas la même renommée. Et pourtant, depuis 120 ans, l’œuvre du martin breton vient en aide aux marins et à leurs familles en difficulté financière. Une action remarquable portée, depuis Brest, par l’association créé en 1899 par Jacques de Thézac.

Plus de 1000 familles aidées ces dix dernières années. 660 000 euros redistribués. L’action de l’œuvre du marin breton, quoique méconnue, est essentielle pour bons de nombres de marins professionnels et leurs proches, parfois confrontés aux aléas de la mer et de la vie. C’est le service social maritime qui s’occupe directement des familles, et l’œuvre du marin breton qui abonde, via des donations (environ 15 000 euros par an) ou la vente de leur best seller, un best sailor même, l’Almanac’h du marin breton.

L’Almanac’h, une manne pour l’œuvre du marin breton

Celui-ci est aussi connu que la boîte bleue Hénaff, celle qui réjouit le mataf. Depuis 1899, il guide les marins en mer et le long des côtes françaises et propose toutes les informations nautiques nécessaires à la navigation professionnelle et de plaisance : météo , annuaire des marées, radionavigation, livre des phares et feux… C’est un ouvrage réglementaire, donc obligatoire. Il existe des concurrents, notamment Le Bloc Marine, édité par le groupe Figaro et donc le groupe Dassault, peu connu pour ses humanités. On dit ça, on dit rien, mais on sait à qui on préfère donner notre argent…

Une collaboration avec le Guide du Routard

L’édition 2019 vient de sortir et elle a été présentée à l’occasion du Salon Nautic à Paris, tout comme les almanac’hs côtiers, centrés sur des bassins de navigation. La grande nouvelle fut néanmoins l’annonce de l’édition d’un Routard des mers, en co-édition avec le Guide du Routard, histoire de célébrer comme il se doit les 120 ans de l’Almanac’h. On y trouvera toutes les information maritimes classiques ainsi qu’un côté terre avec les fameuses rubriques du Routard telles que Où prendre un verre ?

Gageons que les reporters sélectionnés pour faire le tour des estaminets dans les ports bretons auront cœur et foie bien accrochés…

Julien Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider