cap

Les bords de mer rendent plus heureux

« Homme libre, toujours tu chériras la mer ». Même à une époque où les bains de mer n’étaient pas encore à la mode, Baudelaire invitait à apprécier les vertus de le mer, considérée alors surtout comme un gigantesque espace où coulent les bateaux et disparaissent les marins.

Baudelaire avait raison. Il faut chérir la mer et même la regarder souvent car elle a des vertus tellement apaisantes qu’elles sont bonnes pour la santé mentale. C’est du moins ce que vient d’affirmer une étude néo-zélandaise réalisée à Wellington et ses environs. En interrogeant des habitants de la capitale néo-zélandaise en fonction de leur lieu de résidence, des chercheurs en ont conclu que ceux qui ont la vue sur la mer subissent moins de dépressions que ceux qui ont la vue sur les espaces verts. Et sont donc globalement plus heureux.

Depuis « La mer », la chanson de Trénet parfois présentée comme la préférée des Français, on savait que les golfes clairs, les reflets d’argents et les blancs moutons bercent nos cœurs pour la vie tant ils sont apaisants. Il est donc tout à fait logique que ce bien être ait des vertus thérapeutiques au point d’éloigner la déprime de ceux qui regardent régulièrement la mer, comme l’affirment ces scientifiques.

Et quelle en serait la raison ? Selon eux, ce n’est pas tant l’environnement que le fait d’avoir devant soi une grande étendue bleue qui donne à la mer cet avantage sur les espaces verts. Et avec une modestie qui les honore, ils reconnaissent que leur étude est parcellaire car les espaces verts de leur ville sont souvent artificiels car réalisés par la main de l’homme. La vue sur des grandes forêts primaires ne donnerait peut-être pas les mêmes résultats, préviennent-ils.

Il faut donc maintenant aller plus loin et savoir notamment si ce phénomène ne concerne que la mer où si le constat est également valable pour les lacs. Autrement dit, est-on plus heureux si on une vue sur le lac de Guerlédan que sur les Monts-d’Arrée ? That’s the question.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider