Législatives. Richard Ferrand fait mieux qu’en 2012

C’était la circonscription la plus suivie en Bretagne. Et les principaux médias nationaux avaient fait le déplacement, dimanche soir à Châteaulin, pour connaître le sort que les urnes allaient réserver à Richard Ferrand, le député sortant. Au delà du scrutin, c’est bien sûr l’impact de « l’affaire » collant à son nom qui retenait l’attention.

La réponse n’a pas tardé. Dès les premiers résultats, l’affaire était pliée, si on peut dire. A Carhaix, Richard Ferrand (38,67) est largement en tête devant le maire Christian Troadec (28,4%) candidat lui aussi à ces législatives et à Châteaulin, le scénario est la même puisque le ministre devance Gaëlle Nicolas (LR), maire de cette commune et elle aussi candidate (31,6 % contre 30,5%). Bien avant de connaître la global de la circonscription, ces deux résultats enlevaient tout suspense et envoyaient une première réponse à la polémique nationale née de la controverse des Mutuelles de Bretagne.

Les électeurs de la circonscription n’ont visiblement pas sanctionné Richard Ferrand à la hauteur de la violente polémique qui a animé ces dernières semaines puisqu’il fait mieux qu’en 2012 (33,9 % contre 32,6%) et se situe également au dessus du score global obtenu ce dimanche par la République en Marche (31,5%). Il ne réalise cependant pas la forte poussée qu’entraîne généralement un poste de ministre (Bruno Le Maire fait près de 45%), preuve que la polémique a tout de même laissé des traces. Elle a pris une telle tonalité que le journal Le Monde a ouvert un débat dans ses colonnes sur sa propre attitude dans cette affaire avec notamment trois manchettes de une, trois jours successivement, qui ont valu au journal un flot de réactions de protestations.

En arrivant très largement en tête, Richard Ferrand reçoit donc un soutien qui devrait lui valoir une élection sans grandes difficultés au second tour où il affrontera Gaëlle Nicolas qui n’a recueilli que 17,9 % lors de ce premier tour, Christian Troadec complétant le tiercé avec 14,4 %. Cette onction républicaine ne vaut cependant pas absolution judiciaire puisque le tribunal de Brest a décidé l’ouverture d’une enquête qui va constituer le second test crucial pour le ministre de la Cohésion des Territoires. Avec une question bien sûr sans réponse : le résultat des urnes aura-t-il une influence sur les juges ?

 

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider