slip breton

Le slip breton est au dessus du panier

Qui arrivera en tête ? Quelle région gagnera la compétition lancée par « Le slip français », spécialiste tricolore du sous-vêtements masculin et des opérations marketing bien montées ? Cette fois, la maison française a trouvé une nouvelle et ingénieuse idée pour attirer l’attention sur elle : un concours des slips régionaux en incitant les internautes à voter pour leur slip régional préféré. Les motifs sont à découvrir sur le net et comme on pouvait s’en douter, la Bretagne est bien partie. Les organisateurs annoncent qu’elle a pris la tête.

D’abord parce que la Bretagne a un contingent d’internautes particulièrement actifs qui se met en quatre dès qu’il y a palmarès régional à établir. Et voter pour un slip, c’est sûr que ça change du village préféré des Français. La seconde, c’est que le motif du slip breton a tout de même de l’allure. Des hermines, c’est classe avec un petit côté aristocratique ! Ca vous mettrait presque une particule dans le calbute, comme dirait la comtesse. Et puis, faut voir les motifs choisis pour les autres régions. Des cannelés, des bretzels, des pommes, des cagouilles… Ils ont même osé les poteaux de rugby pour Midi-Pyrénées, ce qui fait tout de même très prétentieux pour un slip. A la rigueur, ca passe pour la grappe de raisin de Bourgogne. Et encore…

Donc, c’est dit, la Bretagne va encore gagner et comme le prévoit le règlement, la société réalisera une production spéciale de slips aux couleurs des trois régions qui arriveront en tête. Mais bon, on prévient quand même « Le slip français » que pour l’originalité, faudra repasser. Le gwen-ha-du a un pouvoir tellement attractif qu’on trouve déjà des slips, des caleçons et des boxers aux couleurs de la Bretagne dans des déclinaisons pas toujours heureuses. Mais c’est la rançon du succès. Et on rappellera au passage, que c’est un jeune Breton de Rennes qui a inventé récemment le slip qui fait disparaître le « sourire du plombier » grâce à son ingénieuse ceinture élastique. Autrement dit, même plus penché que la Tour de Pise, on ne montre jamais la raie des fesses.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider