Alain Daher

Alain Daher

Le chemin de croix des CCI bretonnes

Alain Daher, le président de la Chambre régionale de commerce et d’industrie a présenté sa démission, pour l’instant refusée par le préfet de Région. Ce geste spectaculaire est une étape supplémentaire dans la difficile coexistence des CCI bretonnes depuis la réforme de 2010.

Décidément, il s’en passe des choses du côté des Chambres de commerce de Bretagne. Une zizanie quasi-permanente entre les unes et les autres jusqu’à cet épisode actuel, opposant cette fois le président régional, le Costarmoricain Alain Daher aux chambres territoriales. Elles lui reprochent, en cette période de vaches maigres, de s’accaparer des moyens disproportionnés alors qu’elles en sont toutes à tirer la langue.

Tensions finistériennes

Si on tire le fil de la pelote, il nous fait remonter à 2010, époque de la mise en œuvre de la réforme qui prévoit la création d’une chambre régionale alors que le territoire national est divisé en chambres territoriales. Dans certains départements, il n’y en a qu’une seule (Morbihan, Côtes-d’Armor) mais l’Ille-et-Vilaine et le Finistère ont la particularité d’en compter trois chacun. Brest, Quimper et Morlaix d’un côté, Rennes, Saint-Malo et Fougères de l’autre, avant la décision de ces deux dernières de fusionner.

Première question : où installer le siège de cette chambre régionale ? Les Finistériens plaident pour Brest en raison du poids des CCI de Brest et Quimper, les plus puissantes en terme de volume d’activité mais pas en nombre de ressortissants. En coulisses, quelques tractations vont finalement amener les Quimpérois à se ranger aux côtés des Rennais, provoquant une véritable tollé chez les Brestois qui s’étranglent en criant à la trahison. Le siège sera donc établi à Rennes et pour éviter un bras de fer entre les deux départements dominants, le choix de président se porte sur Alain Daher, président de la CCI des Côtes d’Armor.

Les ponctions de l’Etat

Les rigueurs du temps étant ce qu’elles sont, voilà que l’Etat s’en mêle. Lui qui a la tutelle sur les CCI en fait soudain une cible privilégiée dans sa quête de ressources financières pour éponger les déficits et tenter de reboucher un peu les trous béants. Trouvant probablement que les CCI ont tendance à vivre sur un grand pied, l’Etat annonce des ponctions qui font hurler les dirigeants des chambres, avec menace de devoir recourir à des licenciements, ce que feront effectivement les chambres de Rennes et du Morbihan s’estimant étranglées par la puissance publique.

La mauvaise humeur est palpable à tous les étages quand il faut passer à l’étape suivante : celle du regroupement des Chambres de commerce territoriales. Pas de problèmes pour les Côtes-d’Armor et le Morbihan avec leur chambre unique, mais les choses sont plus compliquées dans le Finistère où les relations entre les Quimpérois et les deux chambres du Finistère-nord traînent encore les séquelles de frictions passées et de suspicions permanentes. Ce n’est guère mieux en Ille-et-Vilaine où les Malouins et surtout les Fougerais accusent depuis longtemps les Rennais d’impérialisme départemental.

Le climat traîne quelques relents de zizanie quand arrive la cerise sur le gâteau : cette friction entre le président régional et certaines CCI territoriales (Rennes et le Morbihan notamment) à propos du budget que la Chambre régionale veut s’allouer pour son fonctionnement propre et sa soixantaine de salariés. La tension est telle que Alain Daher, le président régional, décide donc de jeter l’éponge et de présenter sa démission au préfet de région. Décision ferme ou coup de bluff ? Pour l’instant, le préfet a refusé cette démission. La suite au prochain épisode.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider