Photo Grégory Barroso

Photo Grégory Barroso

Le Breton qui défie le FN

« La vérité sur le programme du Front national ». C’est sous ce titre que Maël de Calan vient de publier un livre dont l’audience dans les médias a été immédiate en ces temps de pré-campagne électorale, d’autant que l’ouvrage s’ouvre sur une préface d’Alain Juppé qui qualifie le programme du FN de « digne de l’union soviétique ».

Jeune élu Les Républicains à Roscoff (36 ans) et chef de file de la droite au conseil départemental du Finistère, ce diplômé de Sciences po et de HEC s’est attelé à une tâche de synthèse en décortiquant les propositions du projet présidentiel de Marine Le Pen en 2012 et du programme politique du FN. Et il exhorte tout le monde à en faire autant : « Plus on lit le programme de ce parti, moins on a envie de voter pour lui ».

Des candidats qui ne connaissent
même pas leur canton

Mais qu’a donc poussé l’élu de Roscoff et dirigeant à temps partiel d’une start up de biotechnologie à se lancer dans ce défi osé qui lui vaut, entre autres, de se faire éreinter sur certains réseaux sociaux ? Le déclic, ce furent les dernières élections départementales où il est sorti vainqueur dans son canton. Mais au moment ou Florian Philippot, bras droit de Marine Le Pen, proclamait que le Front était devenu le premier partie de France, Maël de Calan constatait que certains candidats du FN dans le Finistère ne résidaient pas dans le département et n’étaient même pas venus faire connaissance avec le canton où ils se présentaient. Il s’est donc attelé à la tâche mais pas seulement pour mettre en évidence les contradictions du programme du FN. Le jeune élu est un proche de Juppé et ce livre, de toute évidence, est un élément de stratégie pour préparer des échéances futures.

Face à Florian Philippot

Au fil des pages et dans les nombreuses interviews qu’il a déjà données, , l’élu finistérien veut démontrer que le FN est « un fatras de contradiction car, selon lui, il dit tout et son contraire. Il est à la fois pour les entreprises et pour les 35 heures, pour la baisse du coût du travail mais pour des hausses massives de salaires, pour et contre les hausses d’impôts, pour les grandes entreprises qu’il faut soutenir dans la mondialisation mais contre les grandes entreprises qui écrasent les petites en France, pour la concurrence qui fait baisser le prix d’achat des consommateurs mais contre la concurrence qui fait baisser le prix de vente des producteurs… » Maël de Calan affirme qu’à quelques pages de distance,  » on relève toutes ces contradictions et parfois même dans le même chapitre ».

Evoquant le chaos qu’entraineraient une sortie de l’Europe ou un retour au franc, le jeune élu ne joue pas sur du velours. Le FN a déclenché la contre-offensive en mobilisant sur les réseaux sociaux et en envoyant ses meilleurs bretteurs ferrailler sur les ondes contre l’élu breton. Sur BFM TV, c’est Florian Philippot qui a été opposé à Maël de Calan dans un face à face où le leader du FN a cherché en permanence à recentrer le débat sur l’immigration, son thème actuellement le plus porteur.

En Bretagne aussi, les réactions n’ont pas manqué. La région fut longtemps une exception française en rejetant les thèses du FN et en lui réservant des scores confidentiels. Les choses ont changé. Avec la crise, notamment dans les secteurs ruraux, le parti de Marine Le Pen a prospéré en obtenant des résultats totalement imprévisibles il y a quelques années. Raison de plus, selon Maël de Calan, de sortir des imprécations et des anathèmes pour se pencher sur qui, selon lui, constitue la véritable faiblesse du FN : son programme.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider