algues

Lannilis. Coup de froid sur les algues

67 salariés dans l’usine, une trentaine de pêcheurs-goémoniers sans compter les transporteurs… C’est peu dire que la commune de Lannilis, sur la côte nord-finistérienne des Abers, a subi un gros coup de froid en apprenant les difficultés que traverse la société Cargill. Spécialisée dans la production d’extraits d’algues (les alginates) elle travaille pour l’industrie alimentaire et cosmétique mais également pour certaines activités pharmaceutiques.

C’est de là que, l’an dernier, est tombé comme un coup de masse l’interdiction d’un médicament par l’Agence nationale de sécurité du médicament. Après des critiques émises par des patients et une enquête diligentée par elle-même, cette agence a décidé d’interdire le Topaal, médicament dont le principe actif, à base d’alginate, est fabriqué par l’usine de Lannilis. Il ne s’agit certes pas de l’affaire Médiator mais une décision comme celle-là a forcement de lourdes conséquences pour l’image d’un fabricant travaillant pour des activités aussi sensibles que l’alimentaire, la pharmacie ou la cosmétique. Et les conséquences n’ont pas tardé puisque lors d’un comité d’entreprise, les dirigeants ont fait part de grosses difficultés financières liée au retrait de certains clients et même de leur souhait de se mettre en quête d’un repreneur.

L’annonce, on s’en doute, a créé de légitimes inquiétudes dans toute la filière de cette activité majeure dans le secteur des Abers. Car si la demande d’alginates demeure soutenue, sa production exige de gros investissements pour garantir une qualité maximum et faire face à une concurrence asiatique à des prix très inférieurs. Autant dire qu’il va falloir être très convaincant pour trouver un investisseur décidé à relever le pari.

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider