Image Marcel Mochet

Image Marcel Mochet

« Lait de paturage ». Comme son nom l’indique

Comment s’y retrouver ? Les consommateurs sont parfois déboussolés par l’offre de produits alimentaires dans laquelle une vache ne retrouverait pas ses petits. D’où vient-il, que contient-il, comment a-t-il été produit ? C’est pour répondre à cette demande de transparence mais aussi pour une meilleure mise en valeur de leur lait  lait que des Bretons viennent de créer un nouvelle marque, « Lait de pâturage ». Un label qui dit bien son nom et qui garantit aux consommateurs que le lait a bien été produit par une vache fréquentant assidûment les champs environnants, ce qui n’est plus aujourd’hui une évidence. Beaucoup d’entre elles passent le plus clair de leur temps en stabulation, ce qui ne constitue pas la meilleure garantie de qualité pour le lait qu’elle produisent.

Avec ce nouveau label qui ne tardera pas à faire son apparition sur les rayons, les producteurs garantissent que leurs vaches ont passé plus de 150 jours par an, à paître dans les champs, ce qui en Bretagne ne constitue pas une performance hors norme, grâce à  l’appui d’un climat très conciliant.

Le conseil régional de Bretagne s’est associé à cette initiative, épaulée également par deux grandes coopératives avec l’ambition d’entraîner dans leurs sillage les producteurs du Grand-Ouest.  Et, à échéance plus lointaine, de convaincre une grande partie des 70.000 producteurs de lait français qu’il y a là une nouvelle opportunité de valoriser leur production et d’obtenir de meilleurs prix en contrepartie de la garantie qu’ils apportent.

Pierre Vincent
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider