klaxoon

Klaxoon cartonne. 43 millions pour la pépite rennaise

C’est l’une des plus belle pépites de la Breizh Tech ! Et un nom très usité pour un autre usage mais désormais en passe de devenir une véritable marque de fabrique. Klaxoon est décidément née sous une bonne étoile. Sa trajectoire est fulgurante, son succès gagne tous les continents et elle vient de réussir à lever 43 millions d’euros (50 millions de dollars) pour conforter encore plus sa position de leader mondial. Dans quoi ? Non, pas dans le klaxon pour voitures sans chauffeur. La start-up rennaise a vite grimpé au septième ciel du numérique en misant sur un concept encore plus vieux que la première locomotive : la réunion de travail. Ce lieu de rencontre aux habitudes quasi immuables depuis deux siècles où il y a le ou les intervenants, les écoutants, les baillants et éventuellement les dormants.

Bref, le concept commençait à sentir la naphtaline quand Klaxoon a décidé de créer un logiciel pour dynamiter la réunionite, ce mal qui ronge les entreprises tant il cumule de temps perdu. A la moulinette numérique, la société a créé un concept nouveau balisant le travail en amont, faisant sauter l’obligation du lieu unique, introduisant la participation de tous et la prise en compte de tous les prolongements de la réunion.

Klaxoon révolutionne le genre et change totalement les habitudes. Le résultat est étonnamment efficace et les clients affluent en nombre. Déjà un million d’utilisateurs en Europe et Amérique, qu’ils soient dans une multinationale, une PME ou même une administration. Klaxoon vise maintenant l’Asie et un renforcement de ses fondations pour continuer sa percée planétaire avec ses logiciels qui cartonnent. Pour cela il faut investir et quelle meilleure filière que la levée de fonds. Bingo ! 43 millions d’euros viennent de tomber dans l’escarcelle, plusieurs grands fonds décidant de miser sur la start-up rennaise, parmi lesquels Bpifrance ou l’Américain White Star Capital.

Pas mal pour une société créée il y a trois ans à peine !

Bretagne Bretons
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider